« Ásta » : une vie éparpillée

couverture-livre-astaUn écrivain se met en tête de raconter la vie d’Ásta, une jeune femme islandaise, à travers plus de cinquante années de sa vie.

Je n’avais pas du tout entendu parler de ce livre avant que la copinaute Folavril n’en fasse l’éloge sur son blog, et c’est ce qui m’a décidé à le lui emprunter lors d’un goûter-échange de livres. J’aime beaucoup la culture nordique en général, j’avais eu envie de lire D’ailleurs, les poissons n’ont pas de pieds, c’était donc une belle occasion de découvrir enfin la plume de Jón Kalman Stefánsson.

Au début j’ai été un peu affolée par le format de l’ouvrage (490 pages). J’étais mitigée entre le style qui me plaisait, avec des titres de chapitres qui sont en fait le début des phrases, un côté à la fois très littéraire et très facile, et la complexité de la construction de ce pavé.

En effet, nous suivons plusieurs personnages dont les points de vue s’entremêlent. Un instant, nous sommes aux côtés de l’écrivain qui songe à son œuvre, parle avec un voisin, se demande par quel bout commencer à raconter l’histoire de son héroïne. Deux pages plus loin, nous lisons une missive écrite par Ásta, en tentant de deviner l’identité du destinataire. Deux pages plus loin encore, c’est Sigvaldi, le père d’Ásta, qui, immobilisé après une chute, raconte sa vie à une inconnue en attendant d’hypothétiques secours.

Le livre a beau être divisé en parties, il est compliqué de comprendre comment celles-ci ont été découpées. Car tout au long de l’histoire, la chronologie s’emmêle, passant de la jeunesse des parents d’Ásta à la vie d’étudiante de celle-ci à Vienne, puis à son âge mûr, pour revenir à ce séjour à la campagne quand elle avait quatorze ans…

Peu à peu, les pièces du puzzle se mettent en place pour former une fresque riche et passionnée sur l’amour et les façons qu’il a de nous échapper. Qu’il soit filial, entre amis, envers ceux et celles qui nous élèvent, douloureux ou exaltant, l’amour est au centre du récit, il est comme le fil conducteur de cette biographie dans le désordre.

Si la fin du roman apporte des réponses, elle m’a tout de même laissée avec pas mal de questions sur l’identité de certains personnages et leurs relations. J’ai probablement mis trop de temps à lire ce pavé, et ce faisant, j’en ai oublié des détails certainement importants par la suite.

C’est un beau livre que ce portrait de femme, mais aussi une lecture exigeante.

5 commentaires sur “« Ásta » : une vie éparpillée

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :