« Une jeune fille qui va bien » : repousser les ombres

Pendant l’année 1942, Irène prépare son concours d’entrée au conservatoire de Paris avec une scène de Marivaux. Mais pendant que la jeune fille vit sa passion théâtrale et ses premiers émois, les mesures anti-juifs se durcissent… Déjà autrice de courts, Sandrine Kiberlain passe à la réalisation de long-métrage avec Une jeune fille qui va bien.... Lire la Suite →

« Inherent Vice », si t’es mordu, t’es fichu

Doc Sportello, détective privé tendance hippie, est contacté par son ex Shasta, désormais amoureuse d’un magnat de l’immobilier, qu’elle croit sur le point d’être enlevé par sa femme et l’amant de celle-ci. Mais cette affaire entraîne Doc dans une confrontation avec son meilleur ennemi le policier Bigfoot… Paul Thomas Anderson n’a peur de rien, pas... Lire la Suite →

« The Master » : la croisière sectaire

Freddie Quell, vétéran de la Seconde Guerre mondiale, vit de petits boulots qu’il quitte toujours à cause de son comportement erratique dû à un alcoolisme sévère. Lorsqu’il grimpe à bord du yacht de Lancaster Dodd, il ignore qu’il vient de mettre les pieds dans une secte baptisée La Cause… Si de vives similitudes ont pu... Lire la Suite →

« Ouistreham » : la fausse personne

Marianne Winckler vient d’arriver à Caen, et postule pour des heures de ménage, avec un CV quasi vide. Derrière la façade de femme au foyer divorcée se cache une autrice venue vivre le quotidien des prolétaires pour écrire un livre à leur sujet… Depuis La Moustache, son propre roman qu’il avait porté à l’écran, il... Lire la Suite →

« There will be blood » : du pétrole sur les mains

De chercheur de métaux précieux, Daniel Plainview devient spécialiste en pétrole. Lorsqu’un de ses premiers forages cause la mort d’un ouvrier, il adopte le bébé de celui-ci, H.W., qu’il présente comme son fils pour séduire les partenaires potentiels en affaire… Après Punch-drunk love, Paul Thomas Anderson met cinq ans à présenter au public un nouveau... Lire la Suite →

« Spencer » : Diana l’échappée

Noël 1991. Diana arrive en retard pour les festivités royales au château de Sandringham, après s’être égarée. Les contraintes de l’étiquette lui deviennent insupportables et lui déclenchent des crises de troubles alimentaires… C’est peu de dire que le nouveau film de Pablo Larraín avait de quoi déclencher de grandes espérances. On avait adoré l’esthétique flamboyante... Lire la Suite →

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑