« Pêche », horreur, malheur !

couverture-livre-pechePêche vit sa vie de lycéenne entre ses parents, son petit frère encore bébé et son amoureux Vert. Jusqu’au jour où Pêche est violée par Lincoln aux relents de saucisse…

Gros trigger warning viol sur le premier roman d’Emma Glass dont c’est le sujet principal. J’avais voulu le lire, portée à la fois par sa belle couverture, son titre fruité et son sujet dur. C’est un peu masochiste en tant que femme de vouloir lire des récits comme Pêche ou Trancher (et encore, je n’ai pas lu Le Malheur du bas), qui mettent en scène les violences les plus horribles faites aux femmes encore aujourd’hui, mais cela m’apparaît comme une souffrance nécessaire.

Je me suis donc infligé Pêche comme on s’oblige à regarder en face des images choc sans ciller. Disons que cette lecture n’a pas été une partie de plaisir, qu’il a fallu se faire violence lors de certains passages pour ne pas sauter une page.

Car l’écriture d’Emma Glass, pour poétique, originale et particulière qu’elle soit (je n’ai pas lu le texte anglais mais la traduction de Claro sonne vraiment bien), ne nous épargne rien. Si : le récit débute juste après le viol, c’est toujours ça que nous ne subirons pas avec Pêche. Mais par la suite, nous avons droit à tout, sous la forme de phrases courtes, parfois réduites à quelques mots. Des mots qui jouent sur les sens et les sons à la fois, des « Soleil. Sanglant. Senteur », des « Flamme. Foutre. Force. Fer. Fendre ». Nous sommes dans la tête de Pêche, dans son corps meurtri, abîmé, et certaines descriptions ont de quoi soulever le cœur. Il est question de plaies, de viande, de gras, de mort.

Si je suis allée au bout du calvaire, c’est aussi parce que Pêche n’est pas totalement un récit cru et réaliste qui nous met face à l’horreur vécue par une jeune fille, dont on perçoit encore par fulgurances la nature joyeuse, aimante envers son amoureux, son petit frère et ses amis. Pêche était végétarienne pour ne pas manger d’animaux, aimait aller nager à la piscine, embrasser le bébé au goût de sucre, caresser son chat et passer du temps blottie contre Vert. Mais depuis Lincoln, Pêche n’est plus que ce poids mort qui gonfle dans son ventre, cette boule de peur qui ne la lâchera pas.

Il y a un côté onirique dans ce livre qui fait dérailler le quotidien vers un univers de conte macabre, un peu à la Jean Teulé voire à la Tim Burton. Le professeur de chimie s’appelle Mr Mélasse et semble fait de caramel qui durcit à la lumière, l’ami Sable répand des grains partout sur son passage alors que Bébé laisse dans son sillage des traînées de sucre. Quant à Lincoln, il est une ombre malveillante qui sue son gras de saucisse partout, sur les vitres et les trottoirs et jusque dans la cour du lycée.

À la fois audacieux, étrange, cru et glauque, ce livre n’est clairement pas à mettre entre toutes les mains mais il bénéficie d’un charme étrange, comme un cauchemar dont on espèrerait jusqu’au bout qu’il se finirait bien avant de se réveiller.

6 commentaires sur “« Pêche », horreur, malheur !

Ajouter un commentaire

      1. Dans mon souvenir c’était surtout des remarques sur l’écriture de l’autrice ! Sur le fait qu’elle avait une écriture vraiment particulière, maladroite, qu’elle cherchait juste à choquer le lecteur, que c’était désagréable à lire. Et après plus généralement que le roman mettait hyper mal à l’aise mais ça c’était lié au sujet et j’ai envie de dire.. Si t’as lu le résumé tu sais que tu te lances dans un roman difficile donc viens pas te plaindre XD
        C’est plus les remarques sur l’écriture qui m’ont découragé que le sujet.

        1. Le style est particulier et effectivement c’est fait pour choquer et mettre mal à l’aise mais pour moi c’est un parti pris et pas une maladresse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :