« Coup de théâtre », it’s a trap !

La jeune recrue Stalker et l’inspecteur Stoppard se voient confier une enquête dans le West End : un réalisateur a été assassiné après une représentation de la pièce qu’il devait adapter au cinéma : La Souricière, basée sur une histoire d’Agatha Christie…

À l’origine de ce projet, une histoire vraie qui met en lumière les clauses vicieuses de certains contrats dans le milieu du showbiz : dans les années 50, le producteur John Woolf acquiert les droits de la pièce auprès de Peter Saunders (remplacé dans le film par le personnage de Ruth Wilson), mais à la condition que le tournage ne commence que six mois après la fin de l’exploitation de la pièce sur les planches. Or La Souricière a continué à faire salle comble d’année en année, et n’a donc jamais pu être adaptée au cinéma. Une histoire qui fascine Mark Chappell et Tom George, un duo plutôt issu du milieu des séries qui s’attaque au cinéma avec pour projet un whodunit méta qui prend pour cadre une représentation de La Souricière, à défaut de pouvoir retracer directement l’intrigue.

Sur le papier, l’idée est extrêmement séduisante : mêler une enquête à une réflexion méta sur les adaptations et le milieu artistique, cela a parfois donné lieu à des œuvres particulièrement audacieuses et divertissantes telles que Under the Silver Lake. Ici, le confinement a permis au film de se tourner dans des décors de réelles salles de théâtre londoniennes inoccupées grâce aux circonstances, qui bien qu’il ne s’agisse pas du petit théâtre où La Souricière s’est jouée pendant la majeure partie de l’époque concernée, contribue à donner un aspect réaliste à la reconstitution, sublimée par une photographie soignée et un beau travail de costume et mise en plis. On ne peut pas dire que Mark Chapell ait manqué d’idées tournant autour de son objet initial, ce qui donne un film aux nombreux rebondissements mais qui à la longue se perd un peu entre différentes pistes plus ou moins intéressantes : la fameuse clause tordue du contrat, les différences de vision artistique entre le milieu de la littérature romanesque, de la dramaturgie et du cinéma, des histoires de famille plus classiques exploitant le passé des personnages, la question de l’inspiration par des faits réels… Dans son aspect méta, le long-métrage offre quelques trouvailles particulièrement à propos (l’usage du storyboard, l’avertissement aux spectateurs…) Mais on sort un peu rapidement de son côté huis clos, pour y revenir d’une façon tirée par les cheveux qui n’apporte pas grand-chose.

Ce qui fait surtout le sel du film, c’est sa galerie de personnages, et en particulier le duo Saoirse Ronan-Sam Rockwell. La pétulante agente de police associe un enthousiasme bavard et débordant à une naïveté confondante, autant d’éléments qui devraient en faire une très mauvaise policière mais la rendent éminemment attachante, au même titre que son goût pour le cinéma et le théâtre et sa faculté à produire des jeux de mots douteux en toute circonstance – hélas absolument intraduisibles, et dont le sous-titrage (et probablement le doublage également) font perdre tout le sens. D’un rapport classique entre un vieux briscard désabusé et largement alcoolisé et une représentante de la jeune génération qui a tout à prouver, le film réussit à tirer un arc narratif partiellement inattendu avant de retomber dans quelque chose de plus convenu, mais encore l’hypothèse d’une romance nous est-elle épargnée, et on remercie l’auteur pour ça. Pas aussi maîtrisé que Knives Out, Coup de théâtre (en anglais See How They Run, extrait de la même comptine que Three Blind Mice, le titre de l’œuvre d’Agatha Christie qui a donné lieu à La Souricière, poussant le méta jusqu’au bout) s’inscrit dans une veine sympathique de renouvellement du genre du whodunit dans un cadre historique toujours plaisant.

Publicité

Un commentaire sur “« Coup de théâtre », it’s a trap !

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :