« Le soupir des vagues », l’homme qui venait de la mer

Venu en Indonésie sur les traces de son père aujourd’hui disparu, Sachiko arrive chez sa tante au moment où un inconnu a été découvert sur une plage. Les locaux se demandent si cet homme silencieux ne serait pas japonais…

Inspiré par un voyage en Indonésie après les dégâts du tsunami, le réalisateur japonais Kôji Fukada change de décor en décidant de tourner sur place, mais retrouve la thématique de l’irruption d’un inconnu qui apparaissait déjà dans plusieurs de ses films précédents.

Il y a un petit côté L’homme qui venait d’ailleurs dans ce récit, et Laut est même clairement soupçonné d’être un extraterrestre. Ce mystère en toile de fond, qui aurait pu constituer l’arc narratif majeur du récit, reste bizarrement en pointillés. On perçoit bien une thématique autour de la puissance de l’eau, puisque c’est de la mer que l’inconnu tire le surnom par lequel les locaux le désignent. La mer, c’est à la fois l’eau nourricière et indispensable à la vie, mais aussi la vague meurtrière qui a décimé la région. En faisant de ce personnage silencieux l’incarnation de la force aquatique, le cinéaste le rend nécessairement ambivalent, capable du meilleur comme du pire. Mais l’économie du récit fait le choix étrange d’un parcours allant de la sympathie de l’inconnu pour les humains qui le recueillent à une forme de violence hors champ aussi incongrue qu’inexpliquée. La fin du film est donc totalement déroutante du point de vue de cet arc narratif, car elle ne résout en rien le mystère et nous laisse face à une situation terrible que nous ne sommes même pas sûr(e)s d’avoir bien compris, tant l’usage du hors champ et de brefs plans de coupe ne permet pas vraiment de saisir ce qui s’est joué.

À cette figure presque christique incarnant un élément, se superpose l’histoire d’un quatuor de jeunes gens, accaparé par les potentiels romances et les amitié qui les unissent. Les liens sont un peu complexes et pas très bien explicités entre les personnages, mais l’arrivée de Sachiko va petit à petit faire naître chez chacun et chacune des désirs amoureux qui s’entremêlent dans un chassé-croisé assez pudique, parfois charmant, avec de jolis plans mettant en valeur les silhouettes de ses interprètes, en particulier à contre-jour, mais parfois à la limite du gênant voire du ridicule. Ce côté comédie romantique est toutefois le plus agréable et le plus facile à suivre, ce qui perd le moins les spectateurs/trices.

Mais ces deux films en un ne sont pas tout, car Le soupir des vagues a encore en réserve une autre thématique, celle de l’héritage : dans ses relations avec les autres, chaque personnage est marqué par son origine sociale et familiale, ses convenances, sa façon d’exprimer ses émotions, ce qui est source de certains malentendus. On comprend dans des dialogues plus ou moins elliptiques que le poids des traditions peut empêcher la formation de certains couples qui ne seraient pas de même religion ou de même ethnie, mais cet aspect social n’est jamais réellement creusé. En revanche, le film met davantage l’accent sur la quête de Sachiko, réel personnage principal du long-métrage, qui vient tenter de retrouver les lieux chers à son père pour disperser ses cendres.

Sans être franchement désagréable, l’ensemble est un peu disparate, ayant du mal à raccommoder ses différentes intrigues sans nous perdre au passage. Même les choix de mise en scène, en dépit de jolis cadrages, sont parfois hasardeux, notamment avec les plans simulant l’usage d’un caméscope, assez peu utiles ni esthétiques. À trop vouloir en faire, le film s’égare, et ses beaux moments, tels que les petits miracles provoqués par Laut, ne suffisent pas à réellement nous faire entrer dans cet univers.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :