« Toutes nos envies », sauver la flamme

Nouvelle maison, nouveau poste de juge d’instruction, pour Claire, ça aurait dû être un nouveau départ. Mais alors qu’elle s’attelle au dossier de surendettement de Céline, maman d’une camarade de sa fille, elle se découvre malade et condamnée…

Après son travail avec Olivier Adam sur ses deux films précédents, Philippe Lioret se rapproche d’Emmanuel Carrère et s’inspire, avec son fidèle coscénariste Emmanuel Courcol, de la matière du livre autobiographique D’autres vies que la mienne. Dans ce récit où l’écrivain mêle plusieurs histoires de deuil survenues dans son entourage, le tandem pioche le croisement des thématiques de la lutte contre le surendettement et du cancer incurable.

S’il est rapidement évident pour le cinéaste de retravailler avec Vincent Lindon et Yannick Rénier, déjà présents pour Welcome, Marie Gillain vient arracher le rôle de Claire avec ténacité, désireuse de quitter une image de jeune fille persistante pour obtenir un vrai rôle de femme. Claire est d’ailleurs un peu plus qu’une femme ordinaire, c’est une héroïne. De celles que l’on croise au quotidien sans forcément les remarquer mais qui pourtant changent des vies. Mère investie, femme amoureuse, fille concernée qui tente de régler les factures impayées de sa mère, juge prometteuse et travailleuse, la vie semble lui sourire mais en réalité elle est rongée par deux poisons : d’une part son passé d’enfant ballottée dans des foyers et habituée à manquer, élevée seule par une mère cumulant les crédits, d’autre part un glioblastome mal placé qui attaque son cerveau. De ces deux maux naît une urgence, celle d’un combat social contre les organismes de crédit et la publicité mensongère et séductrice qui pousse des personnes déjà en difficulté à emprunter toujours plus d’argent. Ce sujet peu traité au cinéma (la mention de « la vie à crédit » dans une chanson de Jeanne et le garçon formidable se présentait sous une forme légère) s’incarne ici sous les traits de la lumineuse Amandine Dewasmes, trop rare sur nos écrans. Subvenant seule aux besoins de ses deux enfants, habituée à manquer, la jeune femme ne se départit ni de sa dignité ni de son sourire. Elle compose un personnage à la fois discret, toujours dans la peur de mal faire ou de gêner, et en même temps d’un naturel rayonnant, fredonnant une mélodie de Berry en faisant le ménage (le titre s’appelle « Mademoiselle », de là à y voir un clin d’œil à un film précédent du cinéaste…), proposant toujours de rendre service.

Claire, prête à se battre jusqu’au bout pour sauver Céline, Céline toujours prête à donner un coup de main à la famille de Claire, Christophe, l’époux décrit comme « un cœur », partageant généreusement un épicurisme du quotidien, Stéphane, reprenant auprès de Claire le goût de la bagarre pour le droit des plus faibles… Tous les personnages principaux du récit partagent une éthique et une bonté fondamentales. Mais ce serait réducteur de dire que Toutes nos envies est un film de bons sentiments. C’est un film de grands sentiments, de grandeur d’âme et de beauté du geste, où le plus sublime transparaît dans les gestes les plus simples : coucher les enfants, mettre du parfum, courir après un bus. Philippe Lioret a toujours refusé de faire du beau, mais plus on avance dans sa filmographie, plus se détachent des plans magnifiant la force du récit, ou magnifiés par elle. Bien que romancée, cette histoire est vraie, et cette vérité irrigue le jeu des acteurs et actrices tout autant que la mise en scène, en lumière, en musique (la douceur de Berry et Rickie Lee Jones). Le monde de Philippe Lioret n’est pas un monde de Bisounours, on y côtoie l’injustice de la maladie et de la mort, la violence du capitalisme, l’incapacité à dire aux autres à quel point on les aime. Mais il y a toujours des rencontres qui poussent chacun(e) à donner le meilleur de soi, et avec ce film, le cinéaste a trouvé le parfait équilibre entre sa vision d’un monde torturé et son inextinguible foi en l’humanité.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :