« Hopper et le hamster des ténèbres », aventurier jusqu’au bout des plumes

Trouvé par son père et son oncle en pleine quête du mystérieux hamster des ténèbres, Hopper rêve lui aussi de partir à l’aventure mais cache sa singularité : le petit lapin a des pieds de poulet !

Un lapin avec des pattes de poulet. Qui enquête sur un hamster des ténèbres. Mais qu’est-ce que c’est que ce concept ? Pas sûr que le cerveau dans lequel il a germé n’avait été nourri que de volaille, pour le coup. Il n’empêche, passé ce moment de surprise, on apprendra que c’est un comic book américain, dont les droits ont été rachetés pour le grand écran par Sony Pictures, qui a finalement refilé le projet à un studio d’animation belge, nWave. La réalisation revient à Ben Stassen, qui n’en est pas à son premier projet avec des animaux rigolos, entre la petite tortue du Voyage extraordinaire de Samy et les chiens british de Royal Corgi. Il est accompagné de Benjamin Mousquet qui a coordonné les équipes, et il est à noter que le film s’est réalisé en à peine trois ans, un délai très rapide pour de l’animation de type dessin 3D.

Mais qu’est-ce qu’on fait avec cet animal hybride, auquel Thomas Solivérès prête sa voix ? Deux choses, relativement classiques dans l’animation : d’une part, un récit d’apprentissage porté par des valeurs comme l’acceptation de sa singularité, l’importance de l’entraide, le sens de la famille ; de l’autre, une aventure à rebondissements dans des décors variés et naturels, avec des animaux qui parlent, un méchant oncle prêt à tout, des pièges dont il est délicat de se tirer et des objets magiques à collecter. Si devant le film certains éléments vous paraissent déjà vus, c’est normal. Comme avant lui pas mal de productions d’animation destinées aux enfants récentes, Hopper est une sorte de gloubiboulga de plein d’idées qu’on a déjà pu observer ailleurs. Certaines sont des références relativement explicites, de « Je suis ton père » à des épreuves mortelles qui font penser autant à Tomb Raider qu’à Indiana Jones, et peut-être même à Azur et Asmar. D’autres sont sans doute un peu moins directement assumées, comme l’armée de hamsters fluo qui rappelle les mignons de Raspoutine dans Anastasia, un classique que les enfants d’aujourd’hui n’auront pas forcément vu.

Et pourtant, ça marche. Car c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures, et les valeurs sûres dont le scénario s’inspire créent un univers visuellement réussi, où chaque élément peut cacher un stratagème, un mécanisme, un danger, apportant des surprises régulières et évitant toute baisse de rythme. Parmi les valeurs subrepticement glissées dans le long-métrage, on peut noter une réflexion sur le harcèlement scolaire, un personnage féminin badass à souhait (Chloé Jouannet), la notion de famille choisie.

Ce qu’on aime surtout, c’est ce décor de théâtre avec toute une machinerie qui permet aux aspirants aventuriers de prouver leur valeur pour intégrer l’académie. Visuellement génial, le mécanisme mobile activé par les crocodiles donne lieu à de superbes scènes avec des jeux de cadrage particulièrement séduisants. L’autre atout, c’est d’avoir sollicité Nicolas Maury pour prêter sa voix à la tortue–chaperon de Hopper, personnage délicieusement défaitiste, trouillard et pas que physiquement lent qui offre une caution comique de chaque instant. Sans être révolutionnaire, Hopper prouve la valeur des studios européens dans des films pour enfants qui n’ont rien à envier aux grosses écuries américaines en termes de dynamisme et de visuel.

3 commentaires sur “« Hopper et le hamster des ténèbres », aventurier jusqu’au bout des plumes

Ajouter un commentaire

  1. Je me demandais justement ce que valait ce film dont les valeurs semblent classiques mais toujours aussi efficaces. Tu penses que c’est adapté pour une enfant de 6 ans ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :