« Baisers volés » et petits métiers

Antoine Doinel réussit à se faire réformer de l’armée où il s’était engagé. Il retrouve son amie Christine dont les parents le font engager comme veilleur de nuit dans un hôtel…

 Movie Challenge 2022 : un film avec un détective privé

Quelque temps après Antoine et Colette, on retrouve Antoine Doinel, tout jeune adulte, à l’armée. On comprend rapidement lors d’une scène comique que le jeune homme a conservé un fond de rébellion qui coïncide mal avec les valeurs de l’institution. Réformé sans certificat de bonne conduite, ce dont il semble bien peu se soucier, le jeune homme ne peut prétendre à passer des concours ou intégrer un bon poste dans une entreprise privée. Si le titre « Baisers volés » fait davantage allusion à sa vie sentimentale qu’à sa vie professionnelle, le film laisse pourtant une assez large place aux différents petits boulots qu’Antoine va se retrouver à exercer. Truffaut passe à la couleur avec ce film tourné en pleine affaire Langlois (il est d’ailleurs fait allusion aux manifestations de soutien au directeur de la Cinémathèque par le personnage de Christine) mais on retrouve ce qui a fait le sel des deux premiers volets de la vie de Doinel. Un Jean-Pierre Léaud toujours confondant de naturel, avec un air juvénile et dépassé par les événements, godiche avec les femmes, désabusé et désinvolte pour tout ce qui concerne son avenir et sa situation, intellectuel maladroit dirigé par ses émotions, dont les mimiques sont pour beaucoup dans la réussite comique du long-métrage.

Sur l’air bien connu de Charles Trenet, dont le titre du film est tiré, on flâne toujours dans Paris, du studio avec vue sur le Sacré-Cœur du jeune homme à l’appartement chic de son patron Monsieur Tabard (le véritable logement de Michael Lonsdale), mais les promenades qui émaillent les films précédents sont ici le plus souvent remplacées par des filatures, lorsqu’Antoine devient par hasard détective privé. Toutes ces scènes sont fort drôles, car la caméra prend plaisir à suivre l’apprenti avec plus de finesse que lui ses clients. Du bout de la rue, Truffaut le laisse venir, et de temps en temps l’attrape en gros plan le visage à demi masqué par un journal ou un poteau, se faisant évidemment repérer à tous les coups. Mais la comédie survient aussi d’une façon plus proche du récit d’apprentissage sentimental. Comme dans les romans balzaciens qu’il aime à lire, Antoine, qui jusqu’ici s’est contenté d’essayer d’embrasser de forces des amies peu enclines à se laisser draguer, a besoin d’être initié au jeu de la séduction et à son aboutissement par une femme plus âgée, déjà installée dans la vie. Et cette « apparition » qui va prendre les choses en main, c’est la fabuleuse Delphine Seyrig qui l’incarne, toute d’élégance et de facétie. Ces baisers-là seront hors caméra, et sans doute volés à la morale et aux liens sacrés du mariage, mais pas au consentement de l’intéressée.

Constitué de saynètes, découpé en parties d’un emploi à l’autre d’Antoine, le film cache son fil conducteur, celui de l’évolution souterraine de la relation avec Christine (Claude Jade), la muse du jeune homme dont le portrait trône au mur de son studio, l’amie de cœur qui a succédé à Colette (dont le film nous dévoile le destin). S’il y a un côté redite dans cette relation, y compris dans l’implication des parents de la jeune fille, la conclusion en est surprenante à plus d’un titre : par le revirement inopiné de la jeune femme, mais aussi par l’élan soudain d’Antoine vers l’engagement, lui qui semblait jusqu’alors si peu apte à se projeter à long terme, et enfin par la résolution de l’arc narratif du stalker. Un peu décousu dans sa narration, le film tient au charme de ses interprètes et à son sens de la comédie, voire du gag, qu’on n’attendait pas forcément à ce point chez le cinéaste et qui pourtant fait partie de ce qu’il réussit le mieux.

logo-movie-challenge-nblc

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :