« Climax » : la fin du monde est en marche

Au nord de la Norvège, là où ils ont grandi, un ancien groupe d’ami(e)s se recroise dans les circonstances tragiques d’un accident de plateforme pétrolière qui indique que le glacier local est prêt à s’effondrer, conséquence du réchauffement climatique…

Alors que le nouveau rapport du GIEC vient de paraître, et a de quoi alarmer, le roman du multiprimé Thomas B. Reverdy apparaît comme totalement d’actualité. Écrit en 2020, après les précédents rapports de l’organisme intergouvernemental d’experts, le livre mêle à la thématique de l’urgence écologique, appliqué à l’Arctique, la mythologie locale réécrite façon jeu de rôles.

Vous êtes déjà perdu(e) ? Il y a un peu de quoi, car le récit n’a pas peur de son ambition un peu folle, associant plusieurs protagonistes aux trajectoires de vies assez différentes, des explications assez poussées liées à leurs champs de compétences respectifs, des souvenirs de leur jeunesse commune, mais du point de vue de chacun(e), et des interludes qui rappellent les « livres dont vous êtes le héros », mais d’une façon beaucoup moins ludique et poussée que dans le récent opus de Pierre Raufast, Les Embrouillaminis. Car ici après tout les indications « rendez-vous page tant » ne laissent aucune place au choix des lecteurs/trices, et il ne faut pas les prendre au pied de la lettre en sautant les chapitres intermédiaires, au risque de ne plus rien comprendre à la fin. Il faut d’ailleurs arriver aux dernières pages pour que ces inserts parviennent à se raccrocher à la narration principale, dont on avait pourtant rapidement compris qu’ils constituaient une forme de métaphore mêlant fantasy et mythologie. L’occasion de rappeler, sans trop de subtilité, qu’avant que l’écurie Marvel s’en empare, les dieux nordiques étaient l’objet de légendes transmises oralement jusqu’à s’incarner dans des œuvres reconnues comme le cycle des Nibelungen de Wagner ou les réécritures de Tolkien.

On sent chez Reverdy une volonté de raccrocher un public un peu plus jeune, qui a pu grandir avec la pop culture, des jeux de rôles au Seigneur des anneaux, au sujet de l’urgence écologique. Il est vrai que quand on a réussi à se farcir tout le détail des descriptions de la trilogie de Tolkien, ce ne sont pas trois chapitres de noms latins d’espèces animales destinés à faire comprendre la chaîne alimentaire de l’écosystème arctique qui vont rebuter.

Il faut pourtant s’accrocher, dès le début, pour comprendre où on a mis les pieds, réussir petit à petit à se familiariser avec les différents univers assemblés par la fiction : la plateforme pétrolière avec son champ lexical technologique, les excursions d’Anders à flanc de glacier avec ses réflexions sur la faune locale, la partie mafia russe et chiens d’attaque autour de Knut, le quotidien somme toute reposant à la lecture d’Anå, et le folklore façon rôliste à la deuxième personne du pluriel.

Malgré tout, son côté érudit pas toujours bien digéré et sa construction enchevêtrée, son message écologique un peu didactique sur les bords et ses élucubrations mythologiques, le récit réussit quand même à donner envie de savoir où il mène, par une sorte de pouvoir de séduction macabre. Sorte de Cassandre fort documentée, l’auteur se met en tête de montrer les conséquences concrètes des actions humaines dans un périmètre donné, aussi bien à l’échelle d’une ville que d’une vie humaine. On notera le fond d’optimisme qui surnage de la marée noire, mais l’impression qui reste, c’est bel et bien celle d’un cataclysme annoncé, sans qu’aucune issue autre que tragique paraisse envisageable, le récit se plaisant à répéter l’impuissance et la prise de conscience trop tardive de la population. Pas l’ouvrage à emporter pour profiter de l’été indien dans la sérénité !  

4 commentaires sur “« Climax » : la fin du monde est en marche

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :