Festival Chéries-Chéris 2021 – « Kokon »

C’est le début de l’été, Nora est entraînée dans un jeu par sa sœur aînée et les ami(e)s de celle-ci mais se retrouve le bras dans le plâtre. Privée du stage de canoë de sa classe, elle suit les cours avec Jule…

Après un premier long-métrage abordant déjà des problématiques LGBT+, la réalisatrice allemande Leonie Krippendorff revient pour présenter Kokon (« cocon » en allemand) pour cette édition 2021 du festival. Teen movie un peu trash à ses débuts, en particulier avec la scène du jeu qui tourne mal et vaut à Nora de se retrouver avec un poignet cassé, le film s’adoucit petit à petit comme au contact de sa protagoniste.

En effet, au départ, Nora, quatorze ans, est un personnage principal fort discret. Entre sa sœur Jule et Aylin, la meilleure amie de celle-ci, la jeune fille se fait presque transparente : silencieuse, suiveuse, elle observe le monde qui l’entoure et se laisse dicter sa conduite par ses aînées qui font d’elle la témoin privilégiée de leurs frasques et de leurs jeux (par exemple dessiner une bite sur un pote endormi). Alors que Jule rêve de séduire David, un camarade du lycée, et qu’Aylin couve du regard son copain, la grande gueule de la classe, Nora semble avoir des passe-temps de petite fille, comme son élevage de chenilles dans des bocaux. Le contexte familial n’est pas vraiment favorable à une croissance sous les meilleurs auspices, avec une mère absente qui oublie de nourrir ses filles, les laisse livrées à elles-mêmes et passe son temps à s’aviner au bar du coin ou à décuver. On comprend donc mieux que la grande sœur puisse faire office de référence pour sa cadette.

Mais cet été est fondamental pour Nora, et en cela le film constitue un coming of age assez classique, avec l’idée de « l’été qui va tout changer ». En quelques semaines, l’adolescente a ses premières règles, commence à éprouver de l’attirance et à découvrir le plaisir, d’abord en solitaire, et elle fait de nouvelles rencontres à partir du moment où elle suit les cours avec la classe de sa sœur. Il y a évidemment dans l’histoire un arc narratif autour de la rencontre amoureuse, de la première fois, mais tout cet aspect est évoqué d’une manière très poétique et tendre, ne mettant pas l’emphase sur ce qui pourrait apparaître comme des passages obligés dans les œuvres du genre (le premier baiser, la première relation sexuelle). Il s’agit plutôt d’une sorte de continuum dans la création d’une complicité et l’exploration des corps avec sa partenaire. Car, Nora l’a bien compris, ce sont les filles qui l’attirent, et, rapidement, une en particulier, qui incarne la liberté de mouvement, l’assurance, la joie de vivre. Les contraires s’attirant, la réserve un peu mystérieuse mais aussi la curiosité de Nora séduisent son love interest. Mais les amours lycéennes sont parfois compliquées…

Ce qu’on veut retenir de ce film, c’est d’une part un certain lyrisme et la beauté des gros plans sur les effleurements, les regards qui en disent long, la nature complice. D’autre part, la métaphore qui donne son titre au film. Certes, elle est assez évidente, cette histoire de chenille qui devient papillon, mais l’on prend plaisir aux étapes de la transformation de Nora, qui s’expriment par l’évolution de sa coupe de cheveux : d’abord on élague les pointes, timidement, puis on ose les mèches colorées, reflet de la joie de la première relation partagée, enfin, on coupe, pour s’affirmer et paraître plus adulte. Car au-delà de l’autre, c’est elle-même que Nora a appris à connaître et à apprécier telle qu’elle est au cours de cet été. Une évolution que la jeune Lena Urzendowsky incarne avec candeur et justesse, sous la caméra attentive et tendre de Leonie Krippendorff.

Disponible en ligne sur MK2 Curiosity et en salles pendant le festival Chéries-Chéris à partir du 29 juin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :