Festival Premiers Plans 2021 rétrospective Akerman – Saute ma ville

Une jeune femme rentre chez elle en fredonnant. Elle se prépare à dîner puis s’attaque aux tâches ménagères avec une énergie hors de contrôle…

C’était l’une des plus grandes attentes liées à cette édition du Festival Premiers Plans : la promesse de pouvoir découvrir, sur grand écran qui plus est, plusieurs œuvres de Chantal Akerman. La cinéaste est aussi réputée que ses films sont introuvables pour la plupart d’entre eux, et une telle occasion est donc immanquable. On remercie donc vivement l’organisation du Festival ainsi que La Cinetek d’avoir monté ce partenariat nous permettant tout de même, en l’absence des salles, de visionner plusieurs œuvres de la réalisatrice belge.

Tout commence avec Saute ma ville, court-métrage en noir et blanc de 1968. 68, les manifestations, sous les pavés la plage, l’interdiction d’interdire dans les rues de Paris. Et le film de Chantal Akerman n’est, quelque part, pas étranger à cette énergie. La jeune réalisatrice, 18 ans à l’époque, se lance dans le cinéma à corps perdu, avec les moyens du bord. Elle incarne elle-même la protagoniste de son film, dans une œuvre qui sert en quelque sorte de manifeste et de germe à tout ce qui suivra dans sa filmographie.

Le titre est d’abord énigmatique. Nous sommes dans la rue, et la caméra guide notre regard vers la fenêtre de l’appartement où va se concentrer l’intrigue. Mais d’abord, la jeune femme apparaît dans le hall, un bouquet à la main, récupère son courrier en fredonnant, et lassée d’attendre l’ascenseur, se jette dans les escaliers.

Le personnage féminin déborde du cadre, la caméra peine à l’attraper, à la suivre. Le traitement du son est très particulier : pas de musique, pas de dialogues ni de monologue, uniquement la voix en post-synchro qui fredonne une ritournelle qui se dérègle, comme une boîte à musique qui tournerait au mauvais tempo. C’est un air de Couperin, en fait, qui accompagne la jeune femme tandis qu’elle s’attaque aux tâches ménagères dans sa cuisine. Dans cette pièce souvent dévolue à la femme d’après les clichés, celle-ci va justement les mettre à mal. Le son, le mouvement, tout dérape petit à petit. Le « scratch » des allumettes vient avant ou après le jaillissement de la flamme, les boîtes sont jetées à bas des meubles. Sur son petit air guilleret, l’énergie de la protagoniste s’emballe, elle fait plusieurs choses à la fois, croque une pomme en se mettant à scotcher les ouvertures, sans qu’on comprenne tout de suite où elle veut en venir. Ses gestes saccadés et rapides s’accommodent mal du soin attendu de la ménagère, alors elle jette la lessive à grande eau sur le sol, cire ses jambes avec ses chaussures, tourne sur elle-même, le visage dégoulinant de démaquillant, jusqu’à croiser son regard dans le miroir. Qu’y voit-elle ? L’énergie de l’enfance qui ne peut se conformer aux attentes que le monde fait peser sur les femmes adultes ? Un clown blanc qui cache son mal-être sous une gaieté forcée ?

À la longue, il faut que tout cela finisse. La tension croissante se résout en une chute explosive, un geste de rébellion, punk avant l’heure, un refus catégorique qui trouble les spectateurs/trices par son mélange d’anticipation tragique et de radicalité assumée.

3 commentaires sur “Festival Premiers Plans 2021 rétrospective Akerman – Saute ma ville

Ajouter un commentaire

  1. Merci pour cet article ! Ca donne envie de connaître son oeuvre. Même en cours de cinéma, on en parlait mais on ne l’a pas vraiment étudiée

    1. Merci beaucoup ! J’en avais pas mal entendu parler mais je n’avais jamais eu l’occasion de m’y confronter avant ce festival en ligne, c’est une bonne opportunité !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :