« About time » : une merveilleuse histoire du temps

À ses 21 ans, Tim apprend par son père qu’il a hérité d’un don commun aux hommes de la famille : la capacité à remonter le temps pour revivre ou corriger leur passé…

Movie Challenge 2021 : un film qui m’a fait pleurer

Après de grands succès en tant que scénariste de comédie romantique (Quatre Mariages et un enterrement, Bridget Jones, Coup de foudre à Notting Hill), et deux films devenus cultes en tant que réalisateur (Love Actually, Good morning England), Richard Curtis livre en 2013 ce qui reste à ce jour son dernier long-métrage. About time est intitulé en français Il était temps, ce qui perd le double-sens si justifié du titre original : à la fois « il va être temps » mais aussi « au sujet du temps ».

Un programme qui guide la compréhension d’un film si riche dans ses thématiques qu’on peut croire à plusieurs reprises avoir saisi son message principal avant que ne surviennent de nouvelles péripéties qui nous conduisent à réfléchir à un nouveau sujet. On pourrait tenter de voir le film de façon superficielle, uniquement comme une comédie romantique, qui serait déjà particulièrement réussie grâce à l’écriture des personnages. Tim et sa famille sont sympathiques et touchants, en grande partie grâce à leurs défauts qui permettent l’identification, mais aussi en raison de la bienveillance qui les unit. Comme dans toute comédie romantique, c’est l’histoire d’un garçon, ce rouquin manquant de confiance en lui, incarné par Domnhall Gleeson, qui rêve de rencontrer une amoureuse, qu’il croit trouver en la personne de Charlotte (Margot Robbie) le temps d’un été, avant de jeter son dévolu dans le noir d’un restaurant conceptuel sur la voix de la charmante Mary (Rachel McAdams). Le jeune homme pas très dégourdi a donc tout le film pour apprendre à aimer, non seulement à conquérir mais aussi à préserver sa relation dans la durée, ce qui change de nombre de films qui s’arrêtent la séduction consommée.

Mais Richard Curtis introduit dans son film un élément fantastique qui change la donne radicalement : le pouvoir de voyager dans le temps permet à Tim de revivre des scènes du passé pour les transformer. Comme dans L’effet papillon, chaque modification peut avoir des conséquences importantes sur son propre destin et celui de ses proches. C’est ainsi que la thématique temporelle apparaît, exploitée avec intelligence et profondeur. Car au-delà de nous faire sourire de moments tendres ou décalés (comme la première rencontre de Tim avec ses beaux-parents), le cinéaste a d’autres projets pour ses spectateurs/trices, qu’il n’a pas prévu de ménager. Piquant et nostalgique quand il nous rappelle l’échec de nos amourettes adolescentes, tout en nous consolant (même en revenant en arrière, rien n’aurait pu faire naître des sentiments qui n’étaient pas présents), About time nous fait éprouver la difficulté d’engager notre avenir par nos choix, et songer aux événements qui peuvent tout faire basculer autant qu’aux instants du quotidien auxquels nous ne sommes pas vraiment présent(e)s. C’est aussi un crève-cœur dès lors qu’il quitte le terrain de la romance et que le pouvoir de Tim est mis au service de sa famille. Hélas tout le monde n’a pas la possibilité d’aider ses proches à éviter ce qui leur fera du mal, ni celle de dire au revoir aux êtres chers au moment du départ. En passant inéluctablement, le temps nous empêche de réparer et prévenir, nous enjoignant de peser nos actes et de profiter de nos bonheurs.

Filmé de façon maline et délicate, mettant en valeur des interprètes plus émouvant(e)s que jamais (mentions particulières pour l’exceptionnel Bill Nighy, qui peut rivaliser avec Michael Stuhlbarg pour le titre de meilleur papa de cinéma, et la trop rare Lydia Wilson), riche d’une écriture sensible et philosophique, retraçant grâce à ses costumes et sa bande-son savamment dosée la fin du XXe siècle, About time est de ces œuvres qu’on ne se lassera jamais de retrouver, et qui à chaque visionnage viendront nous secouer pour nous rappeler de vivre pleinement chaque instant en compagnie des personnes que nous aimons.

logo-movie-challenge-nblc

Publicité

4 commentaires sur “« About time » : une merveilleuse histoire du temps

Ajouter un commentaire

  1. C’est l’un de mes films préférés, un film cocon vers lequel je retourne régulièrement. Je le trouve tellement émouvant et drôle, malin et juste (et puis Bill Nighy, quoi…). Je ne m’en lasse pas

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :