« Benni », enfance hors cadres

Benni, bientôt 10 ans, est ballotée de foyer en foyer. Sujette à des éruptions de violence, elle est renvoyée de partout et l’assistante sociale peine à lui trouver un lieu de vie stable. Micha, son nouvel AVS, est prêt à tout pour l’aider…

Il y a des films dont le potentiel de violence effraie, au point qu’il paraisse parfois plus vivable de les découvrir sur petit écran qu’en salles. Avec son sujet dur, Benni est de ceux-là. Des films sur des jeunes en difficulté, pris en charge dans des foyers, incapables de rentrer dans les clous des attendus sociaux, on en a vu pas mal : States of Grace, La tête haute, Mommy Des films sur des enfants livrés à eux-mêmes par des parents inconscients et inconséquents, on en a vu aussi : Submarino, Nobody Knows, Je suis heureux que ma mère soit vivante…

Le film de Nora Fingscheidt est visiblement l’œuvre d’une jeune cinéaste qui a digéré toutes ces références. Se décrivant elle-même comme une ancienne « enfant sauvage », la réalisatrice s’est passionnée pour le quotidien des enfants placés en Allemagne, se documentant et allant vivre sur le terrain avec eux dans des foyers pendant des mois pour nourrir l’écriture. Un peu comme Pupille sur les instances liées aux adoptions, Benni nous plonge dans une vision réaliste du travail des services sociaux : manque de personnel, difficulté de mettre en place un suivi par un pédopsychiatre, médicalisation des enfants jugés ingérables, épuisement face aux manquements répétés des familles… À force d’immersion dans cet univers, où Benni est trimballée d’un foyer d’urgence à un autre, on finit par avoir du mal à s’y repérer, et la tête nous tourne face à tous ces endroits visuellement assez interchangeables, tous ces enfants accueillants qui ne sont jamais vraiment présentés individuellement, tous ces éducateurs/trices que Benni interpelle invariablement par leur profession, sans doute pour en avoir côtoyé tant qu’ils/elles deviennent interchangeables à ses yeux. Ce système bancal composé d’individus globalement bienveillants mais à bout, c’est l’univers de Benni.

Très proche d’un Malony dans La tête haute ou d’un Steve dans Mommy dans son comportement, Benni a pour elle sa jeunesse. Ce n’est pas une ado mais bien une enfant et cela lui donne une faculté d’émouvoir complémentaire. Son interprète Helena Zengel est une révélation (qu’on retrouvera prochainement aux côtés de Tom Hanks dans Mission) et confère à la petite fille un mélange de fragilité, d’énergie, de candeur et de violence assez inédit chez un enfant de cet âge au cinéma. Face à elle, Albrecht Schuch compose un professionnel débordé par l’affect et tiraillé entre son syndrome du sauveur et les limites imposées par la déontologie.

La réalisation nerveuse, entrecoupée de flashbacks indéchiffrables qui nous mettent dans la peau de la petite fille en pleine crise, laisse planer des zones d’ombre dans une intrigue qui tend à s’étirer en longueur. Quel traumatisme a réellement subi Benni bébé pour perdre ses nerfs dès qu’on lui touche le visage, et qui lui a fait cela ? Comment et pourquoi a-t-elle été initialement retirée à sa mère, qui conserve la garde de ses jeunes frère et sœur ? Il y a du mystère autour de cette petite fille dévorée par la souffrance et la solitude, un mystère qu’on n’a pas forcément envie de désépaissir par crainte de ce qu’on pourrait découvrir. Terrible et radical dans son propos comme dans l’expérience qu’il propose, Benni n’a qu’un défaut : le sentiment de déjà-vu qui ressurgit au détour de plans si référencés qu’ils en deviendraient presque des copies. Pourtant le projet et son actrice portaient suffisamment de singularité pour n’avoir pas besoin de cela.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :