« Adolescentes » : quand on aura 19 ans, en l’an 2020

Emma et Anaïs sont dans le même collège à Brive-la-Gaillarde. Pendant 5 ans, de leurs 13 à leurs 18 ans, Sébastien Lifshitz et sa caméra ont suivi leurs évolutions individuelles et celle de leur amitié…

C’était sans doute le documentaire le plus attendu de 2020, en tout cas le mien, très clairement. L’adolescence au cinéma est quelque chose qui m’intéresse toujours, même si je trouve que les représentations manquent parfois de subtilité et de justesse, surtout avec les « grands ados » (entre 16 et 18 ans). Aussi, l’approche documentaire me semblait un excellent moyen de proposer enfin un portrait plus précis, moins fantasmé (mais pas moins romanesque, le film le prouve !) de cet âge de transition.

D’abord à la recherche d’un protagoniste masculin, ce qui aurait fait du film une sorte de Boyhood français version docu, le réalisateur habitué du genre documentaire (même si on lui doit aussi Plein Sud) a finalement jeté son dévolu sur deux filles, dont l’amitié en dépit des différences évidentes ajoutait un paramètre au sujet. Emma grandit dans la stabilité d’une famille de classe moyenne dont elle est la seule enfant, entourée de parents attentifs même si la communication n’est pas toujours simple. Anaïs se débat avec les conditions précaires de sa famille, accompagnée par des éducateurs/trices et assistant(e)s sociaux/ales, et se trouve confrontée à des drames imprévisibles.

Ce qui les rapproche, c’est une grande détermination, en dépit d’une certaine nonchalance affichée dans le rapport aux études (les scènes où elles font leurs devoirs réservent quelques moments franchement drôles). On retrouve dans leurs parcours des éléments incontournables et intemporels (le brevet, le bac, la première relation sexuelle, le premier chagrin d’amour…) mais elles incarnent en même temps une jeunesse très contemporaine, comme viennent le rappeler les images d’archives qui scandent le film. Être adolescente entre 2014 et 2019, c’est avoir vécu la panique causée par les attentats, dont la répétition crée un nouveau paradigme de la peur, et les dernières élections présidentielles. Parmi les moments les plus marquants du film, on retient notamment la scène où Anaïs explique fermement à ses parents les dangers des amalgames post-attentats. Et puis il y a les particularités de chaque trajectoire individuelle, qui viennent rappeler qu’être ado ce n’est pas seulement aller en boîte, se confronter au regard des autres et penser aux garçons, comme on le voit souvent dans les fictions, mais aussi vivre des expériences complexes et douloureuses qui vous forgent en tant qu’adulte en devenir.

De plus en plus habituées à la caméra de Sébastien Lifshitz, qui avec une équipe technique réduite réussit à s’infiltrer dans tous les moments de la vie de ses jeunes héroïnes en se faisant oublier, les deux filles s’abandonnent au regard et à l’écoute extérieurs et partagent avec nous aussi bien leurs confidences et leurs interrogations (sur l’amour, l’amitié, l’avenir…) que leur quotidien en famille avec tout ce que cela peut comporter de frictions à cet âge. L’ensemble est à la fois terriblement émouvant et très frais, avec des répliques dignes de comédies cultes (« tu peux me rappeler la définition d’idylle ? »). Même si, comme Anaïs à la fin du film, on a toujours tendance à porter un regard biaisé sur la génération suivante, on se reconnaît dans certains aspects universels de la vie que traversent ces deux jeunes filles, dont on adorerait avoir des nouvelles dans quelques années.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :