« Énorme » : une grossesse non désirée, quel cauchemar !

Claire Girard est une pianiste renommée, entièrement contrôlée par son mari et manager Fred. Lorsque celui-ci se met en tête d’avoir un enfant, il commence à trafiquer la pilule de sa femme pour arriver à ses fins…

Ah, le pouvoir du buzz… On en a parlé et on en reparlera sûrement, de ces débats autour de 30 secondes de bande-annonce ou d’une phrase prononcée sur un plateau de télévision (ou d’un résumé de deux lignes et d’une affiche ratée, comme on l’a vu récemment pour Mignonnes). Il n’empêche, si j’hésitais à voir Énorme, c’est bien toute la polémique autour de la confrontation du casting avec Maïa Mazaurette qui m’a motivée à aller me faire mon propre avis au cinéma.

En sortant de la salle, je me suis dit « voilà encore un problème de marketing ». Comme Deux moi qui était étiqueté comédie romantique, au grand dam de son réalisateur, Énorme semble ne contenir quelques jeux de mots et scènes où Jonathan Cohen fait l’andouille que pour permettre de leurrer les spectateurs/trices dans une bande-annonce estampillée « comédie ».

Mais le film n’a pas grand-chose de ce genre, hormis quelques pitreries qui ne semblent que des scories ajoutées par-dessus un pitch qui ressemble bien davantage à celui d’un film d’horreur. Dès les premières répliques, on comprend tout à fait clairement le sujet : c’est l’histoire d’une femme (Marina Foïs) complètement phagocytée par son conjoint (au sens propre, il la détruit en la coupant des interactions avec l’extérieur), et à travers elle, celle du corps des femmes dont elles se trouvent dépossédées par la société patriarcale. Car d’emblée, en arrivant dans un hôtel, Fred répond aux questions à la place de Claire, jusqu’à créer la confusion sur leurs deux identités, disant qu’il est « le mari, le manager, le garde du corps, tout ». On est donc face à un couple profondément dysfonctionnel et sciemment présenté comme tel : le mari contrôle sa femme sur tous les plans, l’infantilise et la soumet à ses décisions professionnelles (jouer avec un orchestre) et personnelles (faire un enfant). Quant à Claire, elle a perdu le sens de la volonté et du désir (ce que d’ailleurs son mari, qui en est grandement cause, finit par lui reprocher quand il s’aperçoit qu’elle n’a plus de désir pour lui et l’utilise comme moyen anti-stress).

À cette situation peu reluisante se rajoute une composante sordide sur la base d’une idée tordue de la mère de Fred : trafiquer la pilule de Claire pour la mettre enceinte à son insu (ce qu’elle appellera « lui faire un enfant dans le dos »). Ce crime n’est pas valorisé dans le film, qui montre l’homme en train de s’humilier et se ridiculiser tandis qu’il mène à bien son sinistre projet en trempant des tests de grossesse dans les cuvettes de toilettes où sa femme a uriné. On en est là, et c’est le début d’une longue plongée dans le cauchemar d’une grossesse non désirée par celle qui la subit. L’événement presque fantastique qui donne son titre au film n’est qu’un moyen d’enfoncer le clou, au cas où les spectateurs/trices auraient encore eu un doute. Cet élément irréaliste est combiné à de vraies scènes documentaires tournées dans des maternités (les cours de préparation à l’accouchement, les consultations où le champ/contre-champ permet de mixer scènes réelles et fictives), ce qui rend plus réaliste et terrifiant ce mauvais rêve qui semble ne jamais devoir s’achever tant la grossesse puis l’accouchement s’étirent dans le temps.

Jusque-là, je n’ai pas eu grand chose à reprocher au film de Sophie Letourneur, mais la réalisatrice semble malheureusement manquer de courage sur la fin, se contentant d’une résolution en demi-teinte et assez ouverte. Pourtant, pour aller au bout du projet, il aurait fallu a minima acter clairement la séparation du couple qui ne pourrait vraisemblablement survivre à l’acte terrible et punissable par la loi commis par l’homme. Et même, j’ai cru à un moment que le film allait se montrer plus radical en optant pour une fin tragique, qui aurait achevé de lui donner tout son sens. J’imagine que le projet aurait été beaucoup plus compliqué à financer ainsi, mais il aurait été plus fort, et aurait pu donner un très bon film, là où il n’est qu’une tentative avortée de mettre le doigt sur quelque chose de grandement problématique.

4 commentaires sur “« Énorme » : une grossesse non désirée, quel cauchemar !

Ajouter un commentaire

  1. C’est marrant je n’ai pas eu du tout le même ressenti que toi face à ce film, je l’ai envisagé vraiment comme une comédie, avec certes de vrais sujets derrière (la pression sur les femmes concernant le désir d’enfant, la balance vie professionnelle/vie personnelle, le déséquilibre dans le couple). J’ai trouvé intéressant que la réalisatrice inverse les rôles en faisant de la femme une pianiste de renom dont la carrière passe avant tout (d’où le fait que je ne considère pas que dans cette situation l’homme efface la femme mais bien que la femme efface l’homme puisque toute la vie du personnage incarné par Jonathan Cohen est entièrement dédiée à sa femme; à gérer son agenda, la logistique, les courses…comme c’est souvent le cas des « épouses collaboratrices » ou des femmes au foyer, au point d’effacer ses propres souhaits et projets).
    Et il faut avouer que voir l’homme vivre la grossesse par procuration est assez drôle, même si je t’accorde que cette façon d’imposer un enfant au couple est traité avec un peu trop de légèreté.
    Pourtant à mon sens ce film est bien féministe en jouant avec les clichés, puisqu’il donne à voir une femme épanouie dans sa carrière et absolument peu concernée par la maternité, et un homme au foyer assumant son désir de paternité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :