« Eva en août », un été madrilène pour douter

affiche-film-eva-en-aoutEva, 32 ans, reste à Madrid pendant ses vacances d’été, sous-louant un appartement. Elle parcourt sa vie comme une touriste et fait des rencontres qui l’aident dans sa réflexion sur son avenir…

J’avais très envie de voir ce film espagnol dont l’affiche très graphique m’avait séduite par ses teintes chaudes et sa police manuscrite qui me rappelle le « Somewhere in northern Italy » du début de Call Me By Your Name. On n’est d’ailleurs pas si loin de l’esprit de Guadagnino, qui aime tant filmer les étés caniculaires, mais ici, c’est à Madrid que nous entraînent Jonás Trueba et Itsaso Arana.

La référence la plus évidente pour parler de ce film, c’est tout de même Éric Rohmer et son Rayon Vert, dont le film fait une sorte d’anti-modèle. Là où Delphine appréhendait de passer les vacances seule et s’échappait d’un lieu à l’autre sans trouver le repos de ses tracas, Eva décide au contraire de rester seule, et de profiter de ce mois qu’elle affectionne car, la pression sociale s’évaporant pendant les congés, elle peut enfin s’adonner aux activités de son choix et réfléchir pleinement et profondément. Dans la tonalité, c’est plutôt à la série Contes et proverbes que nous renvoie le parcours d’Eva. L’évolution du personnage se traduit par celle de la forme du film. Certes, celui-ci reste jusqu’au bout découpé par journée, chacune apportant son lot de rencontres, de conversations et d’expériences plus ou moins fondatrices. Toutefois, le parcours d’Eva rend le film de plus en plus « sonore ». Au début, la caméra se fait toute petite et contemplative pour observer la jeune femme dans son intimité solitaire, son goût de l’ennui volontaire, à regarder la lumière danser sur les murs ou à feuilleter les lectures de l’homme dont elle occupe l’appartement. Petit à petit, alors qu’elle sort dans la ville, elle ne se contente plus d’observer les touristes mais rencontre des personnages qui lui permettent de se remettre en question : un ancien crush, une amie de longue date, un ex avec qui la relation n’est pas très claire, mais aussi de nouveaux/elles ami(e)s. On ne sait jamais trop à quoi ces rencontres fortuites vont aboutir : amour, amitié, inimitié, ruptures ? Toutes les portes sont ouvertes et Eva elle-même, que la caméra laisse venir, flotte entre les possibilités.

Au milieu du film, tout bascule lors d’une sortie à la rivière qui lui donne l’occasion subite de prendre en main son destin et le déroulé de l’intrigue en y imposant tout à coup sa voix off. Ce hold up m’a particulièrement plu, pour l’empowerment féminin qu’il incarne, qui apparaît aussi dans le choix d’évoquer sans fausse pudeur des thématiques de la vie des femmes très rarement présentées au cinéma (et encore moins dans un film réalisé par un homme !) : l’incidence de la maternité sur les relations amicales, les règles… Ce parcours de femme qui erre pour se libérer et se trouver rappelle un peu Jeune femme de Léonor Serraille, dans une tonalité plus douce et moins pop.

Cette construction originale qui donne à l’héroïne la possibilité de s’accomplir non seulement dans ses actions mais en s’exprimant dans le film est le reflet d’une entreprise de co-création intéressante qui m’a rappelé la réflexion qui traverse Portrait de la jeune fille en feu : comme un tableau qui n’aurait pas sa modèle figée et son artiste peintre, Eva en août n’a pas un réalisateur et une interprète, mais deux co-scénaristes qui ont mêlé leurs idées (et celles de leur équipe) pour faire évoluer l’écriture quasiment jusqu’au tournage de chaque scène. Il ressort de ce travail un élan de vie et de foi, non dénué d’une certaine langueur estivale, extrêmement agréable à suivre.

3 commentaires sur “« Eva en août », un été madrilène pour douter

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :