« Felicità », mon père ce héros ?

affiche-film-felicitàLa veille de la rentrée scolaire, Tommy et ses parents doivent quitter en catastrophe leur lieu de vacances, la maison où ils s’étaient installés en l’absence des propriétaires, chez qui Chloé, la mère, fait le ménage…

Le film de Bruno Merle était à mes yeux le plus exotique et intrigant de l’été, avec un résumé totalement incongru qui avait suscité ma curiosité, au moins autant que son affiche (une version beaucoup plus élégante du « bleu et jaune » trop souvent employé pour les comédies françaises).

Le film ayant été marketé « feel-good », je m’attendais à passer un moment doux, léger, sans prise de tête. Ce n’est pas complètement ce que j’y ai trouvé. Certes, le début de l’œuvre est plutôt dans cette tonalité, puisqu’on commence par une farce jouée par Tim à sa fille Tommy, puis une sorte d’évasion. C’est enlevé, rythmé, et malgré tout la caméra prend le temps d’offrir quelques plans posés, avec une jolie photo, un cadrage soigné et des éclairages doux sur la petite Tommy (en particulier un très joli plan où elle tient contre elle une peluche de singe). Cette humeur de famille délicieusement foldingue mais attachante culmine dans les scènes musicales, et en particulier celle dont le morceau donne son titre au film, « Felicità » d’Al Bano et Romina Power.

Pourtant, alors que les parents (Camille Rutherford et Pio Marmai, qui a l’air parti pour se spécialiser dans les rôles bien barrés) s’éclatent à l’avant, à l’arrière, Tommy (Rita Merle, très juste) tire la gueule, et finit par couper net l’élan musical qui nous entraînait en mettant son casque anti-bruit. Il me semble que c’est à partir de là que j’ai commencé à douter de la pertinence de l’étiquette « feel-good ».

Le film s’embarque ensuite sur plusieurs pistes, jouant les thrillers nocturnes, envisageant plusieurs scenarii, brouillant les pistes entre réalité et imagination. On se trouve quelque part à la croisée entre un Captain Fantastic, qui revendique la supériorité d’une éducation hors des clous, et En liberté ! pour la cavale délirante mais aussi la façon de rejouer les scènes du quotidien lorsqu’elles ne sont pas à la hauteur du moment. Cela donne parfois des idées drôles et tendres (le sourire de la pub pour le lait), mais également des scènes plus dramatiques voire assez terribles (la rentrée des classes).

Oui, le film veut prendre le parti de la folie de ses personnages, mais d’une part il se perd parfois dans les méandres d’un scénario qui manque un peu d’arc narratif structurant (au bout d’une heure de film je n’avais aucune idée de si j’en étais encore au début de l’intrigue, ou presque déjà à la fin), d’autre part, en dépit d’une certaine tendresse qui unit visiblement les personnages, on n’est quand même pas bien loin de la maltraitance. C’est beau, d’avoir une enfant originale, intelligente, dotée de répartie. Mais lui raconter des bobards en se demandant si elle va les gober, est-ce si sain ? La laisser seule dans la nuit, lui imposer une vie en catimini, et les moqueries à l’école sur l’anormalité de sa situation ? Il y a chez cette enfant une telle gravité, et tant de plans sur son regard mélancolique voire mouillé de larmes que j’ai un peu de mal à voir dans le film de Bruno Merle cette légèreté qu’on nous a promise. Là où le film est réussi, c’est plutôt dans sa capacité à montrer à quel point l’amour inconditionnel d’un enfant pour ses parents peut lui faire accepter tout et n’importe quoi de leur part, et pardonner toujours. Un constat plus responsabilisant que lumineux.

4 commentaires sur “« Felicità », mon père ce héros ?

Ajouter un commentaire

  1. C’est bon de savoir qu’on va peut être pas se marrer tant que ça. En même temps dans la BA j’ai bien vu que le papa avait un passé pas rose et que ca le poursuivait à priori au présent. J’avoue que c’est la présence de Pio qui me donne envie de le voir #javoue !

    1. Je n’avais pas regardé la BA, en général je les évite pour ne pas me faire spoiler mais effectivement ça aurait pu me renseigner. Je ne te jette pas la pierre, j’ai moi-même vu pas mal de films parce qu’il jouait dedans y a quelques années !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :