« Wadjda » : à bicyclette…

affiche-film-wadjdaWadjda rêve d’acheter une bicyclette verte qu’elle a repérée chez le marchand de jouets, et de faire la course avec son voisin Abdallah. Mais en Arabie saoudite, une fille ne doit pas faire du vélo…

Movie Challenge 2020 : un film avec un jeu

Encore un film vu sur Arte, et encore un découvert grâce aux bons conseils ciné paternels. Cela faisait des années que mon père m’avait parlé de ce film, et à l’époque il m’intéressait assez peu, étant très occidentalo-centrée dans mes goûts. Quelques années plus tard, avec une curiosité plus élargie et un féminisme plus ancré, Wadjda devenait subitement une œuvre très attractive. De plus, c’était pour moi l’occasion de me familiariser avec le cinéma d’Haifaa Al Mansour avant la sortie cet été de The Perfect Candidate.

Le long-métrage vaut le détour ne serait-ce qu’en raison de son contexte : c’est un des premiers films saoudiens et qui plus est réalisé par une femme. La réalisatrice a passé une bonne partie des scènes extérieures cachée dans un van à donner ses instructions à son équipe par talkie-walkie ! Un vrai parcours du combattant (de la combattante, plutôt) mais ces conditions difficiles n’ont pas nui à la qualité du résultat. Assez sobre dans sa mise en scène et naturaliste, le film n’en est pas moins qualitatif techniquement.

Sur le fond, le propos est riche et courageux : le désir de Wadjda de faire du vélo est une occasion de remettre en question la place des femmes dans la société saoudienne contemporaine en général. Tous les aspects sont envisagés, à travers les figures de la jeune fille, de sa mère, de la directrice de l’école et de quelques personnages secondaires. Il y a la norme, incarnée par la directrice et quelques camarades de Wadjda comme la petite Salma : respecter toutes les règles même les plus absurdes, se comporter avec modestie et pudeur (c’est-à-dire se rendre transparente, ne pas se faire voir ni entendre des hommes), apprendre et psalmodier son Coran. Et il y a les écarts, les tentatives de liberté, comme celle de Leila qui a un travail à l’hôpital et se moque bien de croiser des hommes tête nue, ou comme les incartades d’élèves plus âgées que Wadjda observe avec attention. Il y a bien sûr Wadjda elle-même, l’extraordinaire Waad Mohammed, qui offre à la caméra d’Haifaa Al Mansour un mélange de sérieux et d’espièglerie touchant. La pré-ado a des élans bien de son âge : jouer aux jeux vidéo avec son papa (elle trouve même un jeu vidéo pour réviser le Coran, ce qui vaut le classement dans cette catégorie du Movie Challenge), chanter avec sa maman, écouter du rock à la radio et faire des bracelets tressés. Mais dans la société qui l’entoure, ce qui nous paraît anodin, comme le fait de porter des Converse, devient un sujet de polémique et lui fait courir le risque de privations de liberté. Cette paire de tennis est un élément très symbolique dans le film, presque autant que le vélo, car on la repère dès la scène d’ouverture parmi le chœur des jeunes élèves. Ces chaussures marquent la singularité de Wadjda par rapport au monde où elle évolue, un signe de rébellion et de goût pour les vêtements pratiques qui lui permettent de courir dans les rues avec Abdallah. Pourtant, rien de plus commun pour nous en Europe que de voir une collégienne porter des Converse dont elle aurait choisi avec soin la couleur des lacets et customisé les extrémités blanches. Ce genre de détail qui prend toute son importance m’a bouleversée.

Et puis il y a le couple formé par les parents de Wadjda (Reem Abdullah et Sultan Al Assaf). Une mère tiraillée entre ses envies et les contraintes sociales et un père souvent absent, gentil avec Wadjda mais faisant peu de cas de sa femme. Précis et écrit avec beaucoup d’intelligence et de finesse, le film se permet un arc narratif audacieux et assez drôle autour de l’apprentissage du Coran à l’école, et fait naître une profonde empathie pour son héroïne. Sous ses airs de petite chronique familiale, c’est un grand film féministe.

logo-movie-challenge-nblc

2 commentaires sur “« Wadjda » : à bicyclette…

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :