« The Nice Guys », bras cassé et compagnie

affiche-film-the-nice-guysHolland March est embauché par une femme qui souhaite retrouver sa nièce, pourtant déclarée morte dans un accident. L’enquête mène vers une certaine Amelia, mais alors qu’il la cherche, March est confronté à Healy, qui vient le dissuader de continuer par la manière forte…

Movie Challenge 2020 : un buddy movie

J’avais eu l’idée de cette catégorie l’an dernier, après avoir vu Mon Inconnue, où je trouvais que l’histoire d’amitié prenait une vraie place (chose pas si courante dans une comédie romantique), ce qui m’avait inspiré l’envie d’une catégorie mettant à l’honneur un film avec une belle relation amicale. Le terme buddy est plutôt connoté masculin et anglo-saxon, c’est pourquoi mon choix s’est rapidement porté sur The Nice Guys, un film qui m’avait été recommandé à maintes reprises et que je n’avais pas encore eu le temps de découvrir.

Ce genre de film n’est pas tellement dans ma zone de confort, moi qui ai du mal généralement avec les films d’action, d’espions, etc. (en gros quand ça tire des coups de feu dans tous les sens et qu’on est « entre mecs » contre les méchants, je résume). Mais j’ai été très vite emballée par l’ambiance seventies, les tenues, les voitures. Il y a dans l’imagerie du film quelque chose de pop et coloré, très fun, qui m’a à la fois fait penser au premier Kingsman (la partie chez Valentine) et à The Man from UNCLE. On est dans une vraie enquête avec des enjeux, qui sont d’ailleurs assez intéressants car il s’agit dans le fond d’une réflexion sur le pouvoir et sur les lobbys, aussi sur ce que peut cacher l’apparent puritanisme américain incarné par la mère d’Amelia (Kim Basinger). Mais il y a tout de même un côté presque parodique qui s’exprime dans les chorégraphies des scènes de poursuite ou de baston, et surtout à travers les personnages principaux.

Ma grande révélation durant ce film a été de découvrir le potentiel comique de Ryan Gosling. C’est le 10e film que je voyais avec cet acteur au casting, et si j’ai déjà apprécié certaines de ses performances, s’il est apparu dans des scènes qui m’ont amusée (par exemple dans Crazy, Stupid, Love. ou dans La La Land), je n’aurais jamais imaginé qu’il puisse incarner ce détective loser et alcoolique, piètre père, et bras cassé ici même au sens propre du terme puisque sa première rencontre avec Healy lui laisse un bras dans le plâtre. Mais comme souvent au cinéma, dans une veine presque à la Bourvil, les ratés peuvent réussir quasiment par accident, et cette enquête improbable va donner à March et Healy l’occasion de se racheter et prouver qu’ils ont quelques capacités.

Le tandem est formé de la même façon que chez Guy Ritchie, comme une version cheap du duo Illya-Solo : deux types partis pour se détester et se mettre des bâtons dans les roues qui se retrouvent forcés à coopérer. La relation Crowe-Gosling fonctionne bien, et d’autant mieux qu’elle est alimentée par les interventions d’Holly, la fille du détective. La jeune Angourie Rice apporte un vent de fraîcheur bienvenu au film, entre la moralité de son personnage, qui constitue une forme de Jiminy Cricket envers son père, et un côté tête brûlée qui la pousse à se mettre dans des situations dangereuses rajoutant du piquant et de l’enjeu.

Bien écrit, avec une histoire qui tient à peu près la route et des dialogues aux petits oignons, porté par l’amusement manifeste de son casting et une réalisation dynamique, le film est un vrai moment de plaisir assez hilarant.

logo-movie-challenge-nblc

5 commentaires sur “« The Nice Guys », bras cassé et compagnie

Ajouter un commentaire

  1. Oh, j’aime ce film ! Je crois que c’est un des rares où je n’ai pas envie de taper sur Gosling. Et il y a tellement de passages cultes qu’on finit par en connaître les répliques par cœur. 🙂

    1. J’ai rien contre lui en général, mais rien spécialement pour non plus. Mais là j’avoue qu’il m’a fait beaucoup rire ! « Heeeeaaaalyyyy » *s’étrangle en montrant le macchabée à côté*

  2. Bah en fait, il faut voir un bon film avec lui. Parce qu’après, de films en films, il joue toujours ses rôles exactement de la même façon. ^^ C’est un acteur Ctrl C/Ctrl V.

    1. Je ne sais pas, il a quand même fait des choses assez différentes, y a un monde entre Drive et La La Land par exemple. Mais disons qu’il a eu assez peu l’occasion d’exploiter l’aspect comédie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :