« La fille au bracelet », une coupable idéale

la-fille-au-braceletLorsque Flora est retrouvée morte, sept fois poignardée, sa meilleure amie Lise est accusée. Pendant deux ans, elle connaît la détention provisoire puis vit avec un bracelet électronique jusqu’à son procès…

J’avais vraiment hâte de découvrir ce film, sans avoir pourtant vu les précédents du réalisateur, mais la promesse de la collaboration de la fratrie Demoustier, Stéphane à la mise en scène et Anaïs dans le rôle de la procureure, me paraissait riche d’espoirs.

Au point que j’en aurais presque oublié de m’intéresser au sujet du film, et au reste du casting. Je suis donc entrée dans l’histoire vierge de toute attente sur le déroulé de l’intrigue et prête à me laisser surprendre. Ce qui m’a happée en premier lieu, c’est la musique. La bande-originale se fait tantôt discrète, tantôt très présente, avec des thèmes tendus de thriller oppressant à la Psychose. Pour un film tourné à Nantes, le réalisateur a fait appel à Carla Pallone, membre d’un groupe local, pour habiller l’histoire de sa patte sonore, et l’atmosphère qui en résulte prend à la gorge. Un peu comme dans Grave, le film doit beaucoup à sa bande-son, et d’ailleurs le personnage de Lise a quelque chose en commun avec celui incarné par Garance Marillier : un regard noir intense qui suscite le trouble et l’incertitude. Et si on ne suspecte par Lise de cannibalisme, les faits qui lui sont imputés sont tout de même assez sordides puisqu’on parle d’un meurtre sauvage avec préméditation.

Stéphane Demoustier filme avec une certaine fascination sa protagoniste, dont le mystère semble s’épaissir à mesure du procès et des révélations qu’il amène, pour les spectateurs/trices, mais aussi pour les proches de la jeune fille qui la découvrent sous un nouveau jour. Certes, on est dans le cadre d’un film de procès, mené avec réalisme, du choix de tourner dans un vrai tribunal à celui de faire incarner son président par un avocat. Chaque personnage sonne juste, de l’avocate de Lise (Annie Mercier) à la procureure qui ne lâche rien (Anaïs Demoustier, mais dans un rôle assez mineur finalement). Car ce qui frappe surtout, c’est à quel point la question de la culpabilité de l’accusée devient presque secondaire face à un autre jugement, d’ordre social et moral celui-ci. Si l’on n’est pas sûr(e) de la culpabilité de Lise, ce que l’on sait, c’est qu’elle incarne une jeunesse libérée qui ne s’excuse pas de ses mœurs qui dépassent les adultes, même les jeunes femmes trentenaires pourtant pas si éloignées en âge comme la procureure.

Les personnages des parents, brillamment incarnés par Chiara Mastroianni et Roschdy Zem représentent bien le mélange de sentiments d’une génération face à la suivante, qu’ils ont aimée, éduquée, choyée, respectée en la personne de leur fille, que le père décrit comme « loquace », « curieuse » et « travailleuse », mais qui n’est certainement pas que cela, comme le prouvent les témoignages des adolescent(e)s de son âge ainsi que certaines pièces à conviction. Que savons-nous de nos enfants quand ils grandissent ? Pouvons-nous élever un monstre d’intelligence cruelle à notre insu ? Ces questions aiguillonnent les personnages du film et ont de quoi faire frissonner les spectateurs/trices, qui auront bien du mal à se faire un avis définitif sur la culpabilité de l’accusée au fil des révélations.

Cinématographiquement, ce doute s’incarne dans des ambiances, des éclairages, des cadrages (notamment dans la scène finale, très réussie) sur la personne de Lise, la révélation Melissa Guers aux silences chargés et aux expressions variables, qui pourrait aussi bien incarner une jeune fille fière d’être libre et refusant de se laisser rabaisser par les insinuations, qu’une coupable idéale à la stratégie de défense maline.

Bien écrit et brillant, le long-métrage de Stéphane Demoustier nous force à nous interroger, comme si nous étions à la place des jurés, et a quelque chose d’obsédant dans son énigme.

5 commentaires sur “« La fille au bracelet », une coupable idéale

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :