« Scandale » : édition pas si spéciale

affiche-film-scandaleGretchen Carlson, ancienne tête d’affiche de Fox News, reléguée à un programme de l’après-midi, décide de porter plainte contre Roger Ailes, le PDG de la chaîne, pour harcèlement sexuel. Elle espère libérer la parole d’autres victimes…

Movie Challenge 2020 : un film avec un(e) journaliste

Lorsqu’elle est sortie, la bande-annonce de Scandale a suscité pas mal d’enthousiasme, dont le mien je dois l’avouer. C’était rythmé, tendu, dynamique et ça promettait une association de femmes pour faire tomber un « porc » (pour reprendre le hashtag bien connu) puissant. Bref, de quoi faire naître des espoirs sur le fond comme sur la forme.

À l’arrivée, le film de Jay Roach fait pschitt. Il y avait pourtant tous les éléments pour une vraie réussite, à commencer par son casting brillant : Nicole Kidman, Charlize Theron, Margot Robbie, cela promettait une association qui dépote. Mais d’association, il n’y a point, et je pense que c’est l’un des gros défauts du long-métrage. Certes, c’est une histoire vraie, et il est possible que dans la réalité les femmes victimes qui ont parlé ne se soient que très peu côtoyées, se contentant de témoigner par avocats interposés. Mais à partir du moment où on introduit un personnage fictif dans le jeu (la jeune femme incarnée par Margot Robbie), alors on fait des choix scénaristiques. Et à mon humble avis, ceux de Charles Randolph ne sont pas les meilleurs. Ce qui me dérange, c’est qu’au final, pour un film sur des femmes fortes qui ont eu une influence importante dans le monde des médias, l’écriture des personnages féminins n’est pas très développée. Toutes ces blondes en tailleur qui semblent interchangeables visuellement, certes pour insister sur l’objectification à laquelle la chaîne les soumet pour passer à l’écran, sont en fait presque aussi interchangeables dans leur personnalité, très peu creusée. Arrogance, ego, capacité à subir pour atteindre ses objectifs, fascination pour la chaîne qui les emploie, voilà presque tout ce qu’on sait d’elles. Ces traits qui n’attirent pas l’empathie sont surtout tout ce qui compose le personnage fictif de Margot Robbie. Ce qui donne une femme-machine, manquant sérieusement de background et de nuances. On aurait pu espérer une écriture plus subtile, qui lui aurait donné peut-être un lien avec les autres victimes. Au lieu de ça, elle ne sert qu’à accuser Megyn de ne pas l’avoir protégée (les femmes sont toujours des vipères entre elles, non ?) et sa seule relation un peu intéressante est avec le personnage de Kate McKinnon, finalement nettement plus riche dans ses quelques scènes que tous les autres personnages féminins réunis.

À la limite, une atmosphère de tension, qui aurait fait ressortir les risques pris par ces femmes et l’aspect glauquissime du comportement des hommes de Fox News, et qui aurait pris à la gorge les spectateurs/trices par un rythme enlevé, auraient pu compenser cette superficialité de l’écriture. Mais j’ai trouvé que le long-métrage s’égarait à multiplier les personnages peu importants, peinait à instaurer une atmosphère, même dans les scènes censément les plus fortes comme celle des jambes de Kayla, et finissait par me procurer surtout de l’ennui.

Je me demande ce qu’on est censé retirer de ce film, si ce n’est que dans ce milieu journalistique, les victimes ne sont pas tellement plus sympathiques que les agresseurs, et presque complices du système, jusqu’au jour où, comme Gretchen, le vent ne souffle plus en leur faveur. Bien que Jess affirme « tu n’as rien fait de mal » à Kayla, je ne trouve pas le positionnement du film si clair à ce sujet, et il me semble qu’il dénonce plutôt un milieu bouffé par l’ambition et les apparences qu’une société patriarcale qui exploite les femmes. Ce n’est pas ce que la bande-annonce laissait présager, et c’est à la limite du problématique sur un tel sujet.

logo-movie-challenge-nblc

14 commentaires sur “« Scandale » : édition pas si spéciale

Ajouter un commentaire

  1. Tout à fait d’accord avec ton article. J’en suis ressorti avec la même impression. Je regrette aussi les nombreux clichés présents dans ce film, qui au final, ne m’a pas paru très réaliste. Tiré d’une histoire vraie ? Ah bon… :/
    Pour moi, le thème de base était intéressant, mais n’a pas été bien exploité. Et la narration croisée des actrices rend le tout difficile à comprendre. La première moitié du film était confuse, la seconde est devenue plus claire… Mais au final, pas bien palpitante. On ne sait pas trop ce qu’est ce film. Ce n’est pas un thriller, ni un documentaire, encore moins un film d’action… Difficile à classer et à appréhender.

    Puis, j’en ai vu dormir dans la salle. (J’ai des noms, mais je ne dirai pas qui. :p)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :