« Knives Out », dans le bureau avec le jeu de go ?

affiche-film-knives-outL’auteur de polars à succès Harlan Thrombey est retrouvé mort la carotide tranchée dans son bureau au lendemain de son 85e anniversaire. Deux policiers et le détective Benoît Blanc enquêtent…

Movie Challenge 2020 : un film qui m’a fait découvrir une actrice (Ana de Armas)

Lors de sa sortie en salles, j’avais zappé ce film, car je ne suis pas une très grande fan des ambiances façon Agatha Christie. Enfin plutôt : j’aime beaucoup Dix petits nègres mais j’ai été traumatisée enfant par l’adaptation du Crime de l’Orient Express, donc je me méfie des films qui pourraient me rappeler cette scène de meurtre.

Mais quand j’ai vu Knives Out surgir dans plusieurs top 10 de cinéphiles, je me suis dit que j’avais dû passer à côté de quelque chose et j’ai décidé de remédier à cela. Accrochez-vous, car le début du film explique en quelques minutes les liens entre les différents personnages et mieux vaut bien suivre ! Une fois qu’on s’y est repéré, on entre dans une atmosphère finalement plus proche à mon sens d’une partie de Cluedo (une réplique y fait clairement allusion d’ailleurs), avec ce manoir british, cette famille riche dont chaque membre cache des secrets et pourrait avoir eu intérêt à tuer le patriarche, et cette arme évidente (le couteau ayant servi à trancher la gorge) qui pourrait en cacher une autre.

Les personnages sont assez barrés, entre la spécialiste bien-être et sa voix doucereuse, le vieux beau qui trompe sa femme, le fils cadet éclipsé par l’ombre paternelle, le petit-fils facho qui trolle sur les réseaux sociaux… Le seul personnage vraiment sympathique, c’est Marta, l’infirmière et unique amie d’Harlan. Ana de Armas est une vraie révélation dans ce film, je ne l’avais jamais vue auparavant bien qu’elle n’en soit pas à son premier rôle, et ici je l’ai trouvé fraîche et attachante. Son personnage est très présent, c’est avant tout elle que l’on suit et elle a été affublée d’une particularité à la fois très pratique pour le détective (Daniel Craig, moins antipathique qu’en James Bond), et plutôt drôle pour les spectateurs/trices : l’idée même de mentir la fait vomir.

Plus que comme enquête, qui en dépit de rebondissements judicieusement placés et de retournements d’alliances entre les personnages reste assez prévisible et classique, le film est séduisant en tant que divertissement, presque parodie du genre. Rian Johnson a soigné ses effets, ses décors, ses lumières, pour nous faire prendre l’histoire au sérieux à première vue, mais c’est pour mieux en détourner les codes au gré de sorties telles que la tirade du donut. Finalement les deux policiers sont réduits à de la figuration et c’est un peu dommage de ne pas avoir davantage exploité le potentiel de Lakeith Stanfield, éclipsé par le numéro de Daniel Craig. Autre regret : que le film ne se permette pas un peu plus encore de décalage et de surprises, car même si la fin a quelque chose de réjouissant, elle demeure attendue.

logo-movie-challenge-nblc

7 commentaires sur “« Knives Out », dans le bureau avec le jeu de go ?

Ajouter un commentaire

  1. Pas vraiment accroché, je trouve effectivement l’intrigue prévisible, on joue pas assez avec le spectateur au fond, ce qui est frustrant. Et surtout, les personnages ne sont pas du tout exploités (et pourtant, quel dommage avec un tel casting !).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :