« The Little Stranger » : Phantom Manor

affiche-film-the-little-strangerLe docteur Faraday est appelé au chevet d’une domestique souffrante chez la famille Ayres. Sa mère a autrefois travaillé pour eux, et il constate que le superbe manoir a perdu de son éclat…

J’avais vu la bande-annonce de ce film à sa sortie il y a un an et il m’avait fait très envie. Premier argument, il est réalisé par Lenny Abrahamson, auquel on doit le marquant Room qui a valu un Oscar à Brie Larson et révélé Jacob Tremblay. Il compte aussi un casting alléchant avec en tête Domhnall Gleeson qui m’avait fait si forte impression dans Black Mirror (et qui est aussi très bon dans Ex Machina ou Brooklyn). Et puis cette atmosphère gothique m’avait franchement emballée, me rappelant l’adaptation BBC de Northanger Abbey.

Mais en petite nature que je suis, j’ai eu peur d’avoir peur au cinéma, me fiant à la catégorisation « épouvante » du film. Un an après, j’ai pris mon courage à deux mains. Côté manoir et ambiance gothique, je n’ai pas été déçue. On pense effectivement à Northanger Abbey avec ce lieu ancien étrange, également à The Boy avec une histoire d’enfant défunt, voire à Personal Shopper pour le traitement des fantômes. On est dans une ambiance anglaise vintage délicieuse, mais ici le manoir a subi les assauts du temps et se présente aussi altéré que l’apparence du fils cadet de la famille, victime de la Seconde Guerre mondiale.

Si l’ambiance m’a séduite, sur le fond, j’ai été un peu déçue de… ne pas avoir peur. Je sais, je suis contradictoire. Mais après avoir tellement craint de stresser devant mon écran, j’ai été prise au dépourvu en constatant le très petit nombre de phénomènes « paranormaux » dans le manoir et leur faible ampleur. À part la scène de la nursery, c’est vraiment très limité je trouve, et j’en attendais davantage en termes de mise en scène, d’effets sonores et visuels.

En revanche, ce qui s’est révélé intéressant, c’est le personnage du docteur Faraday et son rapport à la famille Ayres. Au départ, le médecin apparaît comme le personnage sympathique du récit, celui qui vient d’un milieu modeste et éprouve une fascination teintée du syndrome de l’imposteur pour ce milieu qui lui ouvre ses portes à mesure qu’il gagne la confiance de la famille. Mais peu à peu, on perçoit son obsession pour le manoir comme une forme de volonté de revanche de classe, et son lien avec Caroline, la fille de la famille Ayres, beaucoup plus comme une tentative de mainmise que comme une relation amoureuse. Une fois encore Domhnall Gleeson réalise un beau travail d’acteur en composant ce personnage plus énigmatique et complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Face à lui, Ruth Wilson, qui dégage une aura assez glaciale, est finalement une jeune femme prisonnière de sa famille qui tente désespérément de se libérer de toute emprise.

Si l’adaptation semble fidèle au roman de Sarah Waters et aborde la lutte des classes avec subtilité, il m’a manqué un peu de frisson pour adhérer sur la durée à la proposition.

11 commentaires sur “« The Little Stranger » : Phantom Manor

Ajouter un commentaire

  1. En fait c’est exactement ça, le personnage de Ruth Wilson cherche désespérément une porte de sortie, quitte à épouser un mec qu’elle n’aime pas, alors que son prétendant cherche quant à lui désespérément à entrer définitivement. J’ai adorer ce film, seul bémol c’est que dès le début j’ai deviné la fin, j’en ai marre de moi ^^’ ! Le seul truc « attention spoiler pour les lecteurs de com’ « , c’est que je ne savais pas si le fantôme de la petite fille essayait de les prévenir du danger du médecin ou si le film n’avait rien du tout de fantastique et que c’est le médecin qui tentait de les effrayer… Bref je l’ai vu il y a deux jours et si la petite fille ne hantait personne, le film lui me hante encore. Petite question, je pense que le medecin enfant a tué la gosse, mais comment?

    1. Ah ouais j’y ai pas vu ça moi, je pense qu’elle est vraiment morte de maladie mais qu’il la jalousait et en était fasciné à la fois et que ça explique cette obsession plus tard.

      1. Ouais mais c’est bizarre qu’elle commence à être malade le soir du jour où il est venu la première fois non ?

        1. Elle tombe malade pile ce jour-là ? J’ai pas fait attention. Mais je vois pas ce qu’il aurait pu faire, s’il est pas malade lui-même il a pas pu la contaminer.

          1. Charlotte Rampling montre une photo au médecin en lui disant que c’était son dernier jour heureux, et on voit que c’est la photo où il est caché

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :