Au nom de « La fille inconnue »

affiche-film-la-fille-inconnueJenny termine un remplacement avant de prendre son poste de médecin dans un grand centre. Alors qu’on sonne au cabinet un soir tard, elle refuse d’ouvrir et empêche son stagiaire de le faire. Le lendemain, la police lui apprend que la jeune femme qui sonnait a été retrouvée morte à deux pas…

Bien que pas vraiment convaincue par Le Jeune Ahmed, je garde une curiosité pour le cinéma des frères Dardenne, portée par le souvenir marquant de L’Enfant, vu il y a longtemps. J’aime aussi beaucoup en général les films tournant autour du milieu médical, à commencer par ceux de Thomas Lilti, mais également L’Ordre des médecins récemment. Ici, on n’est pas dans une ambiance hospitalière mais dans celle d’un cabinet médical de quartier, qui m’a beaucoup plus rappelé Tirez la langue, mademoiselle. Comme Louise Bourgoin, Adèle Haenel est ici confrontée à des patients avec des pathologies du quotidien, et on la voit les accompagner dans leurs problèmes de santé et les problèmes personnels que ceux-ci recoupent, par exemple l’alcoolisme d’une jeune femme qui a tendance à replonger dès que ses enfants sont chez leur père. On est bien comme toujours chez les Dardenne dans un cinéma social naturaliste qui s’intéresse de près à la vie de gens modestes dans ce qu’elle a de plus ordinaire.

Sauf qu’ici, cet ordinaire d’une médecin jeune mais déjà fatiguée et qui tente de mettre à distance l’aspect émotionnel de son métier est bouleversé par une situation dramatique, dont, à l’écran, on ne verra rien : pas de cadavre, pas de sang, simplement une berge vide et une image floue de caméra de surveillance. De la « fille inconnue » qui a sonné au cabinet et été retrouvée décédée, il n’y a pas de fantôme, pas de présence corporelle, juste un point d’interrogation qui obsède Jenny, tourmentée par le remords de n’avoir pas ouvert sa porte.

Pour une enquête, celle-ci comporte peu d’action et de rebondissements. L’essentiel du film consiste à suivre Jenny dans ses pérégrinations. Ce qui donne à l’écran : Adèle Haenel ausculte des patients, Adèle Haenel est en voiture, Adèle Haenel appelle la police pour avoir des nouvelles de l’enquête, Adèle Haenel demande à tous les passant(e)s qu’elle croise s’ils/elles connaissent la « fille inconnue ». Adèle Haenel mange, aussi, souvent, tout ce que lui proposent ses patients en guise de remerciement et sans doute un peu pour montrer le lien social qui peut se créer entre la figure médicale et les habitants d’un quartier modeste. Il y a un côté running gag pas complètement assumé à voir la jeune femme accepter ici une gaufre, là un panettone. On aurait presque voulu que l’idée aille plus loin, vers quelque chose de plus franchement comique ou absurde. Mais le film reste sage dans le fond comme dans la forme. Bien incarné, il manque pourtant un peu de corps, d’une originalité qui sortirait du fait divers dont la trame aurait pu servir n’importe quel épisode de série policière.

Sur un sujet tel que le remords et la conscience professionnelle, mais aussi le statut social du médecin, on aurait pu attendre quelque chose d’un peu moins lisse, un peu plus audacieux que cette enquête en demi-teinte, dont on se fiche finalement à peu près complètement du résultat. La fille inconnue n’est rien pour les spectateurs, qui ont surtout envie de savoir jusqu’où ira Jenny, si elle se mettra franchement en danger ou compromettra l’exercice de son métier.

5 commentaires sur “Au nom de « La fille inconnue »

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :