« Comme un avion » : « ce qui compte c’est le trajet, pas le lieu »

affiche-film-comme-un-avionPassionné par les pionniers de l’Aéropostale, Michel découvre en faisant une recherche sur les palindromes que la forme d’un kayak ressemble à une coque d’avion. Il commande alors une embarcation en kit…

J’avais depuis longtemps envie de voir ce film qui m’avait l’air bizarre et décalé. Il a fallu que je le trouve en DVD dans les rayons de ma médiathèque pour le tirer de ma liste à voir. Honnêtement, je m’attendais à quelque chose d’assez poétique et un peu barré mais je ne pensais pas rire autant.

Avec le personnage de Michel, Bruno Podalydès s’est écrit un rôle à sa mesure, un rôle qui révèle enfin son potentiel, lui qui est souvent resté dans l’ombre de son frère Denis (qui apparaît dans le film dans le rôle du chef de Michel). Michel est un doux dingue, un genre d’Alexandre le Bienheureux moderne, qui rappelle aussi la philosophie de Libre et assoupi. Michel est un grand rêveur, et son rêve s’étale partout sur les murs et les étagères de l’appartement qu’il partage avec sa femme Rachelle (ils évoquent des enfants qu’on ne voit jamais dans le film, un mystère). Des avions, partout des avions. Pourtant, Michel refuse le cadeau fait par ses amis pour son anniversaire : un baptême de l’air. Non, son grand défi, ce sera quelque chose de plus inattendu et surprenant : un voyage en kayak. Le sujet est amené de manière originale par le biais d’un délire d’entreprise sur les palindromes (si comme moi vous aimez ces mots et expressions qui se lisent dans les deux sens prenez de quoi noter, le début du film en est riche !).

Kayak se lit dans les deux sens, et finalement le périple de Michel est assez proche du nom de son moyen de transport, car le voyageur peu pressé ne cesse de se perdre en faux départs et de revenir sur ses pas… Si l’on s’attend à un road movie par voie fluviale, on risque d’être un peu déçu, car Michel ne va en fait pas bien loin : quelques kilomètres à tout casser, le temps d’une série de gags désopilants impliquant une souche mal embouchée, un croisement pas prévu sur la carte, un pécheur vindicatif aux faux airs de Pierre Arditi (qui a dû s’amuser terriblement dans ce caméo), et une chanson de Bashung (« Vénus »).

Bien filmé dans son aspect proche de la nature et contemplatif, le film l’est aussi dans sa veine plus délirante et colorée, dès lors que Michel découvre une petite auberge, à quatre kilomètres de chez lui, et sa faune un peu déglinguée : une veuve qui porte à bout de bras son commerce (Agnès Jaoui, délicieusement fantaisiste et joueuse), une jeune femme qui attend son amant musicien (Vimala Pons, toujours aussi étrange et charmante, sorte d’Amélie Poulain avec une boîte à souvenirs version camionnette et dont l’humeur s’assortit à la météo), deux habitués bricoleurs et amateurs d’absinthe (Michel Vuillermoz et Jean-Noël Brouté). À leur contact, Michel va apprendre beaucoup plus qu’il ne pensait sur eux mais aussi sur lui-même. Son mantra, accompagner le courant, est une façon de ne pas se faire violence, mais aussi de prendre les événements avec philosophie, comme s’il n’était jamais vraiment concerné. Une façon d’accepter aussi bien les cadeaux de la vie que les révélations moins positives. Un film délirant, drôle et doux, peuplé de gags et de personnages sympathiques dont les fêlures s’accordent pour former un long-métrage baroque et sucré, avec un gros potentiel de film doudou en dépit d’une fin bâclée.

5 commentaires sur “« Comme un avion » : « ce qui compte c’est le trajet, pas le lieu »

Ajouter un commentaire

  1. Bonjour,
    J’ai adoré ce film complètement décalé. Agnès Jaoui y est délirante.
    Merci pour cet article
    Bonne soirée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :