« Petits miracles au bureau des objets trouvés » : « c’est comme les voyages en train »

petits-miracles-au-bureau-des-objets-trouves-couverture-livreMichele a toujours vécu dans une gare. Depuis que sa mère est montée dans le train pour ne jamais revenir, il récupère tous les objets abandonnés par les voyageurs dans les rames…

C’est ma copinaute du blog Folavril qui m’a proposé ce roman lors de notre dernier échange littéraire. Je n’en avais pas du tout entendu parler, et je connais assez mal la littérature italienne en général. Mais le sujet m’a tout de suite fait envie, car je trouve très intrigants les objets trouvés. Ici le personnage principal les récupère dans le train et les remet aux services officiels ; puis ils lui sont restitués quand personne ne les réclame et composent dans son salon un véritable musée de bric et de broc. J’ai trouvé le concept extrêmement romanesque et séduisant et c’est vraiment ce qui m’a donné envie d’entrer dans l’histoire.

Mais rapidement le livre s’éloigne de la gare et de la vie monotone de Michele, avec la survenue du personnage d’Elena, une jeune fille fantasque et dynamique qui vient bouleverser le quotidien bien réglé du jeune homme. J’ai bien aimé les deux personnages, tout en contrastes. Il est timide et sage, elle est extravertie et enthousiaste (et forcément j’ai trouvé moyen de m’identifier à elle, partageant la plupart de ses traits de caractère). On comprend très vite que ces deux-là sont faits pour finir ensemble, et le roman assume l’aspect romance un peu facile, avec des rebondissements, des disputes, des réconciliations, des élans lyriques où Elena confie à sa sœur jumelle ses sentiments naissants…

L’autre axe majeur du récit est la quête de la mère de Michele, qui l’entraîne dans tous les lieux où s’arrête le train, et lui permet de rencontrer une galerie de personnages hauts-en-couleur, parmi lesquels une vieille dame sympathique, un cracheur de feu, une jeune fille aveugle ou un passionné de voitures. On est dans la veine du récit d’apprentissage, puisque le jeune homme doit apprendre à identifier adjuvants et opposants, savoir quand faire ou non confiance. Chaque rencontre est en fait l’occasion pour lui de se découvrir davantage, mais aussi de réfléchir à sa relation avec Elena.

Le récit est divertissant, bien mené, en dépit d’un côté peu vraisemblable en termes de coïncidences et de retournements de situations, qui s’accroît au fil des pages. À la fin on se dit que tout se résout peut-être un peu trop proprement, façon « boucle bouclée » comme dans les films à l’américaine. Néanmoins c’est un roman parfait pour emporter en vacances car il se lit facilement, les personnages sont plutôt attachants et on a envie de savoir si Michele va retrouver sa mère. À glisser dans sa valise en format poche pour le dévorer dans un train !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :