« Manifesto » : tout pour l’art

affiche-film-manifsto12 personnages déclament leur vision de l’art, de la plus quotidienne à la plus abstraite.

Movie challenge 2019 : un film où la même actrice joue plusieurs rôles 

J’avais déjà en tête ce film au moment de proposer cette catégorie pour le Movie challenge 2019. Ce n’est pas le seul à pouvoir répondre à ce critère mais celui-ci me semblait vraiment un bon exemple puisqu’une seule et même actrice principale, Cate Blanchett, interprète 12 personnages très divers.

D’abord présenté comme une installation artistique, Manifesto est devenu un film de l’allemand Julian Rosefeldt s’interrogeant sur le sens de l’art, son rôle, sa définition. Dans un monde étrange, plus ou moins futuriste, où des intérieurs traditionnels côtoient des bureaux high tech ou des bâtiments délabrés, un personnage masculin (le sans-abri qui lance et clôt le film) et 11 personnages féminins s’expriment soit face à d’autres personnages muets soit face caméra pour donner leur avis sur l’art dans des scènes souvent proches de l’absurde.

Parmi les thématiques abordées par le film, souvent complexe dans ces monologues longs et pas toujours faciles à suivre, la révolution anticapitaliste, le progrès, le nihilisme, la sincérité, la radicalité, l’égocentrisme, l’imagination, le politique, l’anti-art ou la fin du statut d’artiste. Honnêtement, si j’ai trouvé certains passages vraiment intéressants, j’ai eu l’impression de ne pas tout comprendre, et que parfois il n’y avait pas forcément grand chose à comprendre.

Clairement le film est un OVNI, très expérimental, qui a surtout pour intérêt, à moins d’être un philosophe de l’esthétique, la performance multiple de Cate Blanchett. Grimée avec soin, l’actrice prend des postures diverses et contrefait sa voix pour incarner autant de personnages d’âges, de genres et de situations socio-professionnelles variés. Il y a quelque chose d’assez théâtral dans ce procédé qui la met en miroir avec elle-même et fait se croiser certains personnages.

Le film se regarde avec la distance d’une expérience un peu bizarre, car il reste difficile de se sentir impliqué(e), malgré les regards caméra qui ponctuent les monologues. Le risque étant de décrocher du fond pour se laisser porter par la forme, observant le maquillage de l’actrice, les détails des décors souvent très travaillés.

Personnellement le passage que j’ai préféré est le segment de la marionnettiste, à la fois dans le fond et dans la forme. Mais j’ai quand même trouvé l’ensemble un peu long et parfois un peu vain.

logo-movie-challenge-nblc

Publicités

Un commentaire sur “« Manifesto » : tout pour l’art

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :