« Comme elle l’imagine » : love story 2.0

couverture-livre-comme-elle-l-imagineLaure est célibataire après une relation de dix ans. Sur Facebook, elle rencontre Vincent, écrivain et cinéaste. Entre eux, la connivence culturelle est immédiate, mais peut-elle donner lieu à une histoire d’amour ?

J’ai entendu parler de ce roman alors que je venais de voir Celle que vous croyez, l’adaptation du livre de Camille Laurens. Ayant eu un coup de cœur pour le film, et trouvant que ce que son sujet (les réseaux sociaux) lui permettait de dire de la vie des femmes était fort pertinent, j’ai eu envie de poursuivre autour du même thème avec le deuxième roman de Stéphanie Dupays. J’avais repéré Brillante à sa sortie, mais n’ai hélas toujours pas eu l’occasion de le lire.

Qu’à cela ne tienne, j’ai pu découvrir grâce au Mercure de France le deuxième roman de l’autrice. Et vraiment c’est une excellente découverte. Il y a des romans qu’on apprécie, mais de loin, et il y a les livres qui nous parlent intimement et qu’on dévore sans pouvoir les lâcher que pour noter une citation dont la justesse nous aura fait frémir. Comme elle l’imagine est pour moi de ceux-là.

Forcément, en mettant en scène une femme cultivée, passionnée par la littérature (elle est chercheuse spécialiste de Flaubert et prof de fac à la Sorbonne), mais aussi férue de cinéma, parisienne, et réfléchissant sur son statut de célibataire, le récit ne pouvait que me toucher. L’autrice réussit à rendre Laure extrêmement réelle, vivante et proche de nous grâce à des détails dans lesquels chacun(e) pourra s’identifier : qu’on partage son goût pour tel roman ou tel film, sa croyance dans le kairos, ou bien sa perte de confiance face aux portes automatiques qui ne la détectent pas (ne riez pas, ça m’arrive tout le temps !), il est facile de s’identifier. C’est pourquoi on aura maintes fois envie de la secouer, de lui crier de se méfier voire de couper les ponts avec Vincent, son amoureux virtuel, qui l’abreuve de messages instantanés mais ne semble pas spécialement motivé par l’idée d’une rencontre réelle. Un temps, j’ai eu peur que le récit ne s’enferme dans cette situation, mais heureusement l’intrigue évolue pour donner à Laure un espoir et aux lecteurs/trices du grain à moudre.

C’est qu’on a envie de savoir, où nous entraîne cette histoire ? Et si Laure et Vincent créaient une belle histoire, s’agirait-il de vanter les mérites des outils numériques comme vecteurs de rencontres ? Et si tout tournait au tragique ou au thriller ? Après tout, qui sait qui se cache derrière la photo de profil de Vincent… Le récit nous balade entre les différentes hypothèses, nous laisse douter, changer d’avis, comme sa protagoniste victime de l’emprise de l’homme bien trop absent physiquement et présent par ses mots. C’est aussi une réflexion sur la possibilité de l’amour à distance, ainsi que sur la notion d’engagement dans une relation, que nous donne à penser le récit.

Alors qu’importe si la fin n’est pas follement originale, ce petit roman se lit d’un souffle, le temps pour nous d’interroger nos pratiques numériques, ce que nous exposons de nous et à quel point nous laissons nos contacts virtuels entrer ou non dans nos vies.

5 commentaires sur “« Comme elle l’imagine » : love story 2.0

Ajouter un commentaire

  1. Effectivement les réseaux sociaux peuvent être de magnifiques outils… aussi bien que d’effroyables pièges. il faut savoir mener l’enquête pour pouvoir éliminer le plus de danger possible…
    Du coup ce livre me tente bien. Je note, je note!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :