« Marie Stuart reine d’Écosse » : sororité de reines

affiche-film-marie-stuart-reine-d-ecosseMarie Stuart revient dans son Écosse natale après la mort de son mari le Roi de France. Elle récupère le trône dont son demi-frère était régent en son absence mais pourrait aussi briguer la couronne d’Angleterre détenue par sa cousine Élisabeth…

Movie challenge 2019 : un film féministe

Pas très amatrice de films historiques, j’ai tout de même une grande curiosité pour tous les projets de Saoirse Ronan, à mes yeux une des actrices de sa génération dont les choix de films sont les plus pertinents. Quand j’ai vu les premiers retours évoquer un film féministe, je me suis dit qu’il fallait vraiment que je me fasse mon propre avis.

Je connaissais assez mal l’histoire de Marie Stuart mais clairement ce film tranche avec les fictions antérieures autour de ce personnage clé de l’histoire de l’Écosse (et de l’Angleterre). Le scénariste Beau Willimon et la réalisatrice Josie Rourke (lui issu du monde des séries, elle de celui du théâtre), s’associent pour leur premier long-métrage en s’appuyant sur un ouvrage en particulier. Ce livre, c’est Queen of Scots: The True Life of Mary Stuart, de John Guy, qui a pour but de donner à voir un nouveau visage de la souveraine, présentée comme moins capricieuse et plus humaine, courageuse et sensée.

Effectivement, c’est un personnage riche et nuancé que propose le film. Saoirse Ronan est exemplaire dans le rôle, réussissant à la fois à transmettre l’idée d’une reine qui en impose, s’affirme envers et contre tous, a des idées et de l’esprit, mais aussi d’une femme sensible, capable de pardon et de résilience.

Globalement fidèle aux preuves apportées par le livre de certains éléments moins connus de l’histoire des Stuart (par exemple la liaison homosexuelle de lord Darnley), le film ne se permet qu’une seule vraie incartade par rapport à l’Histoire : la rencontre des deux reines. Et pourtant, leur face-à-face, outre qu’il constitue l’apogée de la prestation de Saoirse Ronan et Margot Robbie (qui n’a à mon sens jamais joué aussi juste qu’en reine défigurée par la variole), permet de centrer le film sur un sujet très moderne : la possibilité de la sororité.

En dépit de ses paysages, costumes, décors, très réalistes et magnifiques, ce qui impressionne dans le film c’est surtout sa résonnance avec ce que nous vivons, l’universalité du sujet qu’il traite. Certes, ces femmes sont des reines et leurs enjeux de pouvoir sont particuliers. Mais elles sont surtout deux femmes brillantes, par leur naissance, leur rang, mais aussi leur beauté, leur intelligence et leur caractère, dans des milieux essentiellement masculins. Et en tant que femmes (et catholique, pour Marie Stuart), on voit bien que leurs entourages masculins sont prêts à tout pour leur faire payer de vouloir leur être supérieures. Le destin de Marie est tragique non pas à cause d’Élisabeth, c’est ce que nous apprend le film, mais à cause de tous les hommes qui l’ont manipulée, trompée, trahie ; se sont alliés quel que soient leurs idéaux dans le seul but de causer sa perte. John Knox (méconnaissable David Tennant) la hait parce qu’elle est femme, mais même ses soutiens initiaux (son demi-frère, son époux, son protecteur), tous finissent par vouloir usurper son trône et par se servir de sa féminité pour lui nuire, qu’il s’agisse de répandre des rumeurs dans la population pour salir son image, de la couper de ses proches (quitte à les assassiner) ou même de la violer ou l’emprisonner.

La beauté de Marie Stuart, c’est son courage et sa foi en une façon de gouverner qui n’abolisse ni le cœur ni l’intellect, c’est sa volonté de créer une union avec sa rivale Élisabeth qu’elle ne cesse d’appeler sa « sœur » (elles sont en réalité cousines), c’est sa croyance en une possible sororité face à la cruauté des hommes, même au sommet de l’État.

logo-movie-challenge-nblc

11 commentaires sur “« Marie Stuart reine d’Écosse » : sororité de reines

Ajouter un commentaire

  1. Comme mentionné sur Twitter, j’en attendais sans doute un peu trop et le film n’a donc clairement pas eu le même effet que pour toi. J’aime cependant beaucoup l’analyse que tu en fais et je comprends tout à fait qu’on puisse être charmé par cette histoire qui est absolument passionnante. Je trouve néanmoins que le scénario ne lui rend pas vraiment justice.

  2. J’avais déjà très envie de voir ce film, mais tu en parles si bien que j’ai juste envie de me précipiter dans le cinéma le plus proche pour le regarder 😉

  3. Oulala moi qui adore l’histoire de Marie Stuart et qui avait déjà envie de voir ce film, ton avis ne fait que le confirmer !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :