« The Front Runner » : quand la politique est devenue people

affiche-film-the-front-runnerEn 1988, Gary Hart est favori pour remporter la primaire démocrate et les élections présidentielles. Mais pendant la campagne, des journalistes révèlent publiquement son aventure extra-conjugale…

Quelques mois seulement après Tully, Jason Reitman revient avec un nouveau film bien différent (qui n’est pas co-écrit avec sa complice Diablo Cody mais avec Matt Bai et Jay Carson). The Front Runner est sorti si discrètement en France que j’ai failli ne pas en avoir connaissance (il n’est d’ailleurs resté qu’une semaine en salles à Paris, ce qui me semble assez affolant). C’est en regardant une table ronde d’acteurs organisée par The Hollywood Reporter que j’ai entendu Hugh Jackman évoquer son rôle de Gary Hart et la façon dont il l’avait préparé en rencontrant le réel protagoniste. Ce qu’il en a dit m’a convaincue de rattraper rapidement ce film.

Je comprends bien que le sujet, très ancré dans la vie politique américaine, n’ait pas forcément eu beaucoup de chances de toucher le public français. Mais je le regrette, car si l’on passe au delà du grand nombre de personnages qui nous sont présentés in medias res et dont on comprend peu à peu le rôle dans la campagne, et que l’on s’accroche au rythme qui m’a fait penser à The Social Network avec un débit très rapide dans certains dialogues, on perçoit ô combien majeurs et contemporains sont les enjeux du film.

Je n’en attendais pas moins de Jason Reitman, l’un de mes réalisateurs anglophones préférés, qui a toujours tendance à décrypter la société américaine en nous donnant à saisir les différents aspects d’un sujet, plutôt qu’en apportant un jugement de valeur. Ici encore, c’est ce qu’il fait en présentant Gary Hart. Ni héros injustement détruit par les médias, ni personnage abject comme la politique a pu en receler, Gary Hart est un homme qui a fauté, du point de vue de ses propres standards, mais n’a rien commis d’illégal aux yeux de la loi. Ce qu’il ne comprend pas, et qu’il faut replacer dans le contexte de l’époque, c’est pourquoi ses affaires privées devraient être étalées sur la place publique, et pourquoi elles intéresseraient des votants soucieux de trouver un leader compétent (et non un bon mari et père de famille). Hugh Jackman se glisse avec sérieux dans la peau de cet individu par nature discret sur son intimité, qui n’avait clairement pas choisi le bon secteur d’activité pour ce trait de caractère.

Autour de lui s’affaire un ballet de conseillers (parmi lesquels le toujours très bon JK Simmons, fidèle de l’univers de Reitman) et de journalistes, qui tous ont des positions différentes face à la nouveauté de ce qui est en train de se passer. Chacun est nuancé et jamais caricatural, ce qui est d’autant plus appréciable sur un sujet pareil, où il aurait été si facile de dresser un portrait uniformément à charge ou à décharge. Ici le/la spectateur/trice est amené à se faire sa propre opinion : les médias avaient-ils à se pencher sur la vie privée d’un candidat à l’élection présidentielle ? Ont-ils bien fait de révéler les mensonges et tromperies auxquels Hart s’était adonné dans sa vie privée ? Ces questions rappellent les interrogations que soulevaient la série Borgen sur les relations entre journalisme et vie politique au Danemark.

Si Reitman ne tranche pas, on ne pourra s’empêcher de relever la citation de Jefferson : « on a les leaders qu’on mérite », et la mettre en perspective avec ceux que l’avènement de la politique people a portés au pouvoir ici et là.

Publicités

2 commentaires sur “« The Front Runner » : quand la politique est devenue people

Ajouter un commentaire

  1. Le film n’est même pas sorti en Suisse… c’est dire à quel point les distributeurs n’en ont pas voulu ! Comme j’aime bien Hugh Jackman, il y a de fortes chances pour je me laisse tenter par un visionnage… si j’arrive à mettre la main dessus un jour !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :