« Quand on parle de Lou » : c’est trop marqué dans les livres

couverture-quand-on-parle-de-louLou quitte Marc et s’installe avec ses deux enfants. Alors qu’elle ne pense plus à aimer, elle rencontre Lucie, pour qui l’attirance est forte et immédiate…

Ce sont les chroniques de Lisa aka le Petit Pingouin Vert et Nolwenn aka Ibidouu qui m’ont donné envie de découvrir ce roman dont je n’avais jusqu’alors pas entendu parler. Toutes deux me l’ont vivement conseillé, et je l’ai donc mis dans ma liste au Père Noël (je dois dire d’ailleurs que ça faisait un moment que je n’avais pas demandé de livres à Noël, et que c’était chouette de renouer avec cette tradition de mon enfance).

Je me suis plongée dans la lecture avec impatience car je savais de quoi il était question et j’avais très hâte de découvrir comment l’autrice traitait ce sujet important et contemporain. Lou est une femme qui a aimé les hommes, en particulier un, le père de ses enfants, et qui une fois célibataire se découvre amoureuse d’une femme. Je n’ai pas lu beaucoup de romans mettant en avant des personnages questionnant leur orientation sexuelle ou se découvrant bi, et c’est bien dommage. J’étais donc partie avec un a priori positif.

Et je trouve que, sur le fond, Julie Gouazé s’en sort très bien. Jamais cru, jamais fétichisant, le roman explore les multiples évolutions que cette nouvelle relation amoureuse fait émerger dans la vie de Lou. Comment vivre au quotidien avec une personne du même sexe que soi ? Comment se comporter vis-à-vis du père de ses enfants ? Comment expliquer la situation à ceux-ci ? Comment se définir ou se redéfinir soi-même ? Que faire face au regard des autres, à leur curiosité déplacée, à leur jugement parfois ? Aucune de ces thématiques importantes n’est éludée dans le récit qui n’oublie pas que Lou est une femme qui a déjà un vécu, qui est aussi une mère, une fille, une sœur, une amie, une ex. Là où le récit aurait pu se refermer sur le couple, leur apprentissage et leur découverte de cette relation neuve, il effectue un va-et-vient entre l’intimité et la vie sociale, la chambre à coucher, l’appartement et le monde extérieur.

En revanche je confesse avoir été moins séduite par le style. L’autrice s’est visiblement beaucoup amusée avec les prénoms de ses héroïnes, Lou et Lucie, qu’elle décline à l’envi en recyclant à peu près tous les jeux de mots possibles et références culturelles les plus évidentes (oui on a droit à la chanson « Lucie » de Pascal Obispo). Autant je trouvais sympathique le détournement du dicton dans le titre du livre, autant j’ai été rapidement lassée par cette écriture qui se regarde écrire. Pour moi le style doit être au service d’une histoire, et pas la parasiter en s’enroulant sur lui-même. Et pourtant, certaines pages sont très bien écrites, avec de belles images, des métaphores qui sonnent juste, et les voix des héroïnes qui déchirent la narration pour exprimer directement leurs émotions. Ce sont des passages qui m’ont fait dire « enfin, je les entends ! » car la plupart du temps, Lucie et Lou restent des abstractions, des objets d’étude confinés dans la langue qui se joue de leurs prénoms et laisse les lecteurs se débrouiller du peu d’intériorité, de ressenti qu’on lui laisse capturer entre les mots.

Je ressors mitigée de cette lecture, avec le regret de n’avoir pas lu la même histoire mais écrite de façon plus simple, s’attardant davantage sur la psychologie des personnages que sur leurs noms.

10 commentaires sur “« Quand on parle de Lou » : c’est trop marqué dans les livres

Ajouter un commentaire

  1. Je suis assez d’accord avec toi pour le style, mais étrangement ça ne m’a pas dérangé, j’ai trouvé ça très doux et poétique et ça m’a fait aimé encore un ptit peu plus le livre ^^

  2. Je vois ce que tu veux dire pour le style mais j’avoue que, comme Lisa, ça ne m’a pas particulièrement gênée. Certes, ça aurait pu être plus simple mais je ne sais pas si ça aurait eu le même impact.
    J’espère que tu ne regrettes pas d’avoir suivi nos recommandations haha x)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :