Déjà mitigée par 2017, je n’ai pas trouvé cette année 2018 majeure d’un point de vue littéraire. Si j’ai lu presque autant de livres que l’an dernier, j’ai un peu moins suivi l’actualité et peut-être raté des pépites… C’est parti tout de même pour un top 10, sans trop de conviction…

couverture-livre-trois-fois-la-fin-du-monde

  1. Trois fois la fin du monde

Le livre de Sophie Divry m’avait bien plu par sa forme originale avec ses trois parties bien distinctes, mais aussi par son côté poétique et les sujets qu’il aborde, en particulier la reconstruction d’un homme dans la solitude et la proximité avec la nature et les animaux. Il n’empêche que quelques semaines plus tard je n’ai pas gardé beaucoup de souvenirs de cette lecture…

couverture-livre-et-vous-avez-eu-beau-temps

  1. Et vous avez eu beau temps ?

Un nouveau livre de Philippe Delerm, dont j’avais oublié qu’il datait de début 2018 et pas de fin 2017. C’est toujours aussi doux et délicieux comme une friandise, mais avec ce qu’il faut de mélancolie et des pointes d’amertume plus assumées. Le côté un peu plus mordant lui vaut sa place dans ce top.

couverture-livre-des-mots-de-contrebande

  1. Des mots de contrebande

Des textes courts, comme des pensées ou des propos façon Alain, poétiques mais aussi parfois philosophiques, en tout cas souvent d’une grande sagesse. C’est sensible et sincère, comme toujours avec Alain Cadéo, et ça vaut le détour même pour une amoureuse des romans et de la fiction comme moi.

CVT_Inauguration-de-lennui_4891

  1. Inauguration de l’ennui

On reste dans la poésie avec ce petit recueil de Guillaume Siaudeau, dont j’avais déjà beaucoup aimé les romans parus chez Alma. Cette fois-ci c’est avec de courts poèmes inspirés par des éléments du quotidien et tout en images délicates que l’auteur clermontois a su se renouveler et m’inspirer.

couverture-livre-la-derniere-photo

  1. La dernière photo

Franck Courtès a lui aussi suivi cette tendance 2018 qui consistait à délaisser le romanesque, cette fois-ci non pas au profit de la poésie mais d’un récit autobiographique qui raconte son expérience de photographe. Rencontres, voyages, mais aussi amertume, lassitude, puis reconversion, un témoignage courageux et émouvant.

couverture-livre-habemus-piratam

  1. Habemus Piratam

Je ne suis pas très objective car la plume de Pierre Raufast est une de mes préférées dans la galaxie des auteurs français contemporains. Son nouveau roman a réussi à m’intéresser à une histoire de prêtre et de pirate informatique, des sujets qui sur le papier ne m’attirent pas du tout. Mais ce roman se lit comme une enquête et a constitué une bulle de plaisir littéraire dans mes lectures souvent plus dramatiques de la rentrée littéraire.

couverture-livre-trancher

  1. Trancher

Ce premier roman n’a clairement pas eu toute la reconnaissance qu’il méritait. Passé un peu inaperçu dans le flot de la rentrée littéraire, le livre d’Amélie Cordonnier évoque avec beaucoup de finesse l’enfer de la violence conjugale, mais celle des mots, pas des coups. Un livre choc et pertinent, d’une importance capitale pour toutes les femmes qui subissent.

couverture-livre-en-nous-beaucoup-d-hommes-respirent

  1. En nous beaucoup d’hommes respirent

J’ai retrouvé avec un grand bonheur la plume de Marie-Aude Murail dans ce livre où elle retrace avec verve, émotion et enthousiasme l’histoire de sa famille sur trois générations, le tout dans un bel ouvrage où cohabitent extraits de correspondance et photos de famille. J’ai surtout beaucoup aimé en apprendre davantage sur cette femme dont j’avais adoré les œuvres dans mon enfance.

couverture-livre-la-vraie-vie

  1. La vraie vie

Qui n’a pas encore lu le roman d’Adeline Dieudonné ? Couronné de plusieurs prix, le premier roman de l’autrice belge était LE livre incontournable de la rentrée littéraire 2018. Je l’ai découvert avant l’engouement collectif et j’ai été ravie de le voir récompensé car il reste mon gros coup de cœur de ce deuxième semestre, avec ce personnage de jeune fille si courageuse et intelligente, un vrai modèle féministe.

couverture-livre-tant-bien-que-mal

  1. Tant bien que mal

Toujours bien placés dans mes tops, les livres d’Arnaud Dudek me séduisent généralement par leur finesse et leur sensibilité. Après Les Vérités provisoires, premier de mon classement l’an dernier, celui-ci m’a encore une fois bouleversée. L’auteur aborde avec pudeur et une plume épurée un sujet terrible, la pédophilie, sans jamais tomber dans le voyeurisme mais en portant aux victimes l’espoir d’une résilience. La sublimation artistique dans ce qu’elle a de plus beau.

Comme toujours un petit mot sur mes lectures hors sorties 2018 avec cette année ma participation au jury du Prix du Roman Points qui m’a notamment permis de découvrir le très beau Une bouche sans personne. J’ai également beaucoup aimé Funny Girl, offert par Tinalakiller lors de notre swap annuel.

Et vous, quels livres vous ont marqué(e)s en 2018 ?

Publicités