« En guerre » : ce sur quoi nous fermons les yeux

affiche-film-en-guerreContrairement aux accords signés deux ans plus tôt, le groupe allemand Dimke décide de fermer l’usine Perrin d’Agen. Les salariés se révoltent, emmenés par Laurent Amédéo, leader syndicaliste…

Après une incursion du côté du film d’époque avec Une Vie, Stéphane Brizé renoue avec son genre de prédilection, le film social, qui lui avait valu les honneurs en 2015 avec La Loi du marché (Prix d’interprétation à Cannes pour Vincent Lindon dans le rôle-titre). Retrouvant son acteur fétiche, le réalisateur était annoncé sur la Croisette avec un film choc, inspiré par plusieurs conflits sociaux français et en particulier par celui d’Air France qui avait débouché sur la scène très médiatisée de la chemise arrachée.

C’était une de mes plus grandes attentes de ce festival de Cannes 2018 que ce film qui réitère l’originalité de La Loi du marché : un tournage rapide à l’économie de moyens dans des lieux réels, avec un casting d’acteurs non-professionnels à l’exception de sa tête d’affiche, sur un sujet de société très actuel.

Mais la comparaison s’arrête là. Ici, Vincent Lindon dépasse ses limites pour donner vie à Laurent Amédéo, un des personnages les plus vibrants d’intensité de sa carrière. J’en viendrais presque à regretter qu’avoir eu le prix il y a 3 ans l’ait empêché de le décrocher cette fois-ci, car son interprétation est absolument parfaite. Face à lui, tous les acteurs amateurs sont d’une grande justesse et très investis. Et il le faut, car le film ne laisse pas un instant de répit à ses protagonistes, pas plus qu’au spectateur.

Oui, c’est bien un film de guerre que je suis allée découvrir, un film qui prend à la gorge, avec une musique rythmée et martiale, des caméras en mouvement qui tremblent sous le choc des images et la pression des foules, une montée en tension croissante et une violence qui prend à la gorge. Jamais le « combat social » et la « lutte des classes » n’auront si bien porté leurs noms.

Je ne dirai pas que j’ai tout apprécié dans ce film, car le cadrage immersif qui cache l’action derrière des personnages flous au premier plan, les engueulades où les cris simultanés empêchent de suivre les conversations, les cut brutaux de la musique m’ont un peu dérangée. Cela dit, je comprends ces choix, et j’ai tendance à penser que l’inconfort produit chez le spectateur est partie intégrante du projet. Clairement, on ne va pas voir un film de guerre pour se laisser aller mollement dans son fauteuil avec ses popcorns.

En revanche, alors que je m’attendais à quelques facilités de discours, j’ai trouvé le film précis dans les étapes de négociation, et étayé sur le fond, avec un cas intéressant par son cadre dépassant la situation strictement française, et par les argumentations construites et propositions de solutions des forces en présence. Bien entendu, le spectateur ne peut que prendre fait et cause pour les salariés, mais ceux-ci ne sont pas des héros : on voit aussi bien leur impulsivité, leur imprudence, leur bêtise parfois, leurs divisions et leurs basses accusations que leur solidarité, leur courage, leur détermination, leur audace.

Le film aurait pu rester un constat décrypté, un peu comme La Loi du Marché, mais cette fois Stéphane Brizé et son co-auteur Olivier Gorce ne s’en sont pas tenus à une fin ouverte. En Guerre va loin, En Guerre frappe fort, nous retourne les tripes et m’a, personnellement, arraché des larmes de rage et d’impuissance. Parce que le cinéma n’est pas là que pour nous faire rêver et vibrer, Stéphane Brizé et son équipe nous forcent à regarder bien en face ce sur quoi, nous limitant aux images des médias, nous préférons quotidiennement fermer les yeux. Une énorme claque. 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :