affiche-film-plan-de-tableMarie épouse Paul, le choix de la raison, mais retombe juste avant le dîner dans les bras de son ex, Éric. Celui-ci, chargé de replacer les cartons marque-places sur une table, tient entre ses mains le destin des invités…

Je sais généralement très bien comment et pourquoi je choisis les films que je décide de regarder. Mais parfois, je laisse une part de hasard dans mes choix. Par exemple, je me souvenais vaguement avoir projeté de regarder ce film, sans plus savoir pour quelle raison il m’intéressait, alors quand il est passé à la télévision, je me suis dit que c’était l’occasion. En plus, ayant moi-même assisté à un mariage l’été dernier, cela risquait de me rappeler des souvenirs.

Au début, j’ai un peu craint le côté « comédie française pas très fine » avec un casting varié et inégal. J’ai failli éteindre ma télé en voyant débarquer Franck Dubosc (on m’a forcée à regarder Camping ado, mon pire souvenir de visionnage). Et puis j’ai décidé de laisser sa chance au film, en grande partie pour le duo de sœurs improbable Louise Monot-Audrey Lamy. Même si physiquement on ne peut pas dire qu’elles aient l’air d’avoir du sang en commun, leur relation est par ailleurs plutôt crédible, l’aînée complexée par sa très jolie cadette qui se marie la première.

On suit donc les trajectoires de tout un groupe de personnages, assis à la même table mais dans un ordre rendu aléatoire par Éric (Lannick Gautry), qui apparaît au fil du film comme le vrai héros de l’histoire. Prêt à tout pour récupérer Marie (qui vient tout de même d’en épouser un autre), il compte sur l’appui des différents convives pour parvenir à ses fins. Mais voilà, pendant que les couples se font et se défont entre les voisins de table à la suite du mariage, tout ne se passe pas vraiment comme prévu.

C’est alors que le film sort de son ambiance de téléfilm pour proposer un twist qui m’a rappelé des œuvres très intéressantes telles que À la folie pas du tout ou L’Effet papillon : vous l’aurez compris, un retour en arrière permet de rebattre les cartes à chaque impasse de la relation entre Éric et Marie, en changeant la place des invités à table pour espérer déboucher sur un autre scénario. Certes, ce n’est pas d’une originalité dingue, mais c’est plutôt réussi et cela aboutit à des situations assez drôles. En effet, le spectateur s’amuse de l’effet de comique de répétition de certains détails (les commentaires sur le chapeau de Marjorie, le coloc d’Éric qui bassine tout le monde avec ses photos…) et se demande quelles combinaisons improbables vont encore pouvoir être testées. Clairement, le film de Christelle Raynal ne pousse pas l’intrigue à fond, car les combinaisons restent assez plausibles, mais aboutit toutefois à des scènes où l’ambiance tourne au vinaigre, un peu comme dans Festen ou Les nouveaux sauvages (en moins délirant).

Et tout compte fait je me suis prise au jeu, et si le choix final de Marie me semblait assez évident, je me suis surtout demandée au bras de qui sa sœur terminerait le film. J’ai trouvé les acteurs assez bons dans leurs rôles, notamment Elsa Zylberstein en femme angoissée et naïve et Mathias Mlekuz en galeriste faussement sûr de lui. Une comédie romantique amusante et bien menée pour passer une soirée détente.

Publicités