theboyPour fuir un passé douloureux, Greta quitte l’Amérique et se fait embaucher au fin fond de l’Angleterre, comme fille au pair. Mais lorsque ses employeurs lui présentent leur fils, dont elle doit s’occuper, Greta découvre que Brahms est une poupée…

Movie challenge 2016 : un film d’horreur

Que je l’ai redoutée, cette catégorie du Movie challenge ! J’avais choisi le film depuis longtemps, pour une raison toute simple : Maggie étant un de mes personnages préférés dans The Walking Dead, j’étais ravie de pouvoir retrouver son interprète au cinéma. Or, en bonne trouillarde, je n’avais jamais vu de film d’horreur et cela ne m’a jamais fait envie (mais je regarde The Walking Dead, je ne suis pas à une contradiction près). J’ai tergiversé pendant des mois, mais après plusieurs avis indiquant que le film n’était pas vraiment terrifiant, je me suis décidée à regarder la bande-annonce. Qui m’a semblée surmontable.

Me voilà donc lancée dans mon visionnage, et rapidement, je me suis laissée prendre par l’histoire. J’ai trouvé les images vraiment soignées, et le manoir magnifique, à la fois immense, inquiétant, mais semblant paradoxalement aussi confortable. Croyez-le ou non, je me suis sentie plutôt bien dans cette découverte progressive des lieux aux côtés de Greta ! Tout de même un peu sur le qui-vive, j’ai vu venir de loin les premiers éléments étranges qui ne m’ont pas du tout effrayée. Sans être une spécialiste, je crois que le réalisateur joue sur des codes bien connus : objets qui ont changé de place ou disparaissent, lumières qui grésillent, bruits étranges…

Ce qui m’a en revanche carrément surprise, c’est de découvrir un côté fort sympathique au film, et même assez drôle, notamment lors des dialogues entre Greta et Malcolm, l’épicier qui vient livrer les courses au manoir. J’ai trouvé celui-ci (Rupert Evans) rafraîchissant dans ses tentatives de flirt maladroites. Il se révèle par la suite un adjuvant précieux pour Greta, à la fois rationnel et ouvert d’esprit (et il le faut face à une poupée possédée). Car bien sûr, Brahms-la-poupée montre rapidement l’étendue de ses capacités, laissant comprendre qu’il serait manipulé par Brahms-l’esprit-de-l’enfant-tragiquement-décédé. Personnellement, je n’ai jamais craint les poupées, et celle-ci ne m’a pas paru particulièrement terrifiante, elle est même plutôt jolie, dans un genre vintage !

Sans vouloir spoiler la fin, je dois dire que plusieurs événements importants s’accumulent durant la dernière demi-heure, que je ne m’attendais pas à ça, et que ce fut une heureuse surprise (encore une !). J’ai apprécié que le scénariste ait vraiment construit une intrigue proche d’un thriller psychologique, avec une famille cachant des secrets et un personnage principal traînant également un passé difficile. Même s’il m’a semblé que Greta était parfois un peu froussarde (elle sursaute d’un mètre pour un rien), j’ai trouvé que Lauren Cohan la rendait humaine et sympathique (en même temps, c’est Lauren Cohan).

J’ai vu que le film a reçu des critiques mitigées, en particulier de la part de fans de films d’horreur, qui lui ont reproché de ne pas faire peur. C’est précisément pour cette raison que je l’ai, pour ma part, pleinement apprécié ! Si comme moi vous avez peur d’avoir peur, ce film constitue une entrée en matière vraiment modérée dans le genre de l’horreur, avec juste ce qu’il faut de suspens et de violence, mais ni trop de grandes frayeurs ni trop de sang. Une très bonne découverte, et s’il y a une suite, je la verrai sûrement !

Publicités