falcocouvTombé dans le coma en 1991, Alexandre Falco se réveille miraculeusement 22 ans plus tard. Il découvre alors que sa femme a refait sa vie et que sa fille est devenue adulte, mais aussi que son métier de policier a beaucoup évolué…

J’ai toujours eu une certaine tendresse pour les séries policières françaises, qui ont abreuvé ma jeunesse. Ayant trouvé Sagamore Stévenin très juste dans Bel-Ami, j’ai été curieuse de voir ce qu’il pouvait apporter en rôle-titre d’une série de flic au pitch original.

L’idée

À l’origine de Falco, on trouve une série allemande à succès, Mick Brisgau, que TF1 a fait adapter en France par Beaubourg Audiovisuel (société de production de Profilage) sous la direction de Clothilde Jamin. Sauf que, là où la série allemande développait surtout le comique lié au décalage de Mick avec l’époque de son réveil, les scénaristes français ont choisi de plutôt se concentrer sur l’aspect dramatique de cette situation.

falco-episode-1-saison-1-reveil-1-a29818-01x

Falco et sa fille Pauline avant le coma.

Scénario

Falco a duré 4 saisons, et chacune déploie des arcs narratifs bien distincts. La toute première saison est celle de la découverte du monde des années 2010 par un homme encore traumatisé par ce qu’il a vécu (ou plutôt ce qu’il a manqué pendant son coma !). Alex Falco veut comprendre ce qui lui est arrivé et cherche des coupables. La deuxième saison est plus centrée sur la résolution d’un conflit larvé vieux de vingt ans, et sur l’évolution du rapport entre Falco et son adjoint. La troisième saison part sur un nouvel axe avec l’apparition de nouveaux personnages et envisage de creuser le passé de Falco, mais la quatrième tourne finalement autour de l’histoire de Philippe Chéron et du nouveau lieutenant qui remplacera Alex Falco.

À partir de la saison 2, l’équipe de scénaristes a été rejointe par Olivier Dujols, ancien ingénieur qui a travaillé sur pas mal de séries policières. Dans l’ensemble, cette série a en commun avec ses consœurs françaises un manque global d’intérêt des enquêtes unitaires, avec des coupables assez faciles à identifier. Mais les arcs narratifs longs sont palpitants et l’histoire des personnages principaux est prenante… une fois que l’on accepte l’idée complètement incohérente qu’un homme puisse se réveiller de 22 ans de coma et récupérer toutes ses facultés !

Tonalités et thèmes  

Je l’ai dit, la série française est moins drôle que son équivalent allemand. Cependant, certains passages sont vraiment comiques, notamment autour de la relation chien et chat de Falco et Chevalier dans la saison 1. Mais l’ambiance de Falco devient de plus en plus noire, pour culminer dans la saison 3. Même l’écran s’assombrit, les teintes se grisent, il y a une vraie identité visuelle qui se crée et elle n’est pas légère ! J’ai aimé cette plongée dans la noirceur, le fait que Falco ne se remette pas de son coma en un claquement de doigts. La série aborde un sujet très délicat, d’autant plus qu’il est quasiment impossible de trouver des exemples de personnes sorties d’un si long coma. L’impression que sa vie a été volée, la difficulté à retrouver ses repères, la volonté de revanche sont des questions abordées de façon intelligente dans la série. Alors que l’ensemble est très noir, les personnages principaux apportent de la lumière par leur grandeur d’âme, et les relations fortes qui se tissent entre eux sont très émouvantes. La fin de la saison 2 a d’ailleurs joué sur l’attachement des spectateurs pour l’un des personnages principaux afin de proposer un cliffhanger à l’américaine fort réussi. La dernière saison part sur un thème assez différent avec l’histoire d’un nouveau flic infiltré dans une mafia, ce qui personnellement n’a pas su me captiver.

Personnages 

Falco_2.jpg

Le casting de la saison 1. De gauche à droite : Eva Blum, le réalisateur Alexandre Laurent, Falco, Chevalier et Ménard.

C’est LE point fort de la série : un casting parfait qui donne vie à des personnages hyper attachants que l’on a envie de suivre jusqu’au bout. Avec Alex Falco, Sagamore Stévenin tient sans doute le rôle de sa vie, un rôle de composition certes puisqu’il est censé sortir d’un long coma mais un personnage finalement très proche semble-t-il de sa vraie nature, entière et imprévisible, mais pleine de valeurs fortes comme la solidarité, le courage et la générosité. Terriblement émouvant, Falco est d’une magnanimité remarquable, notamment vis-à-vis du couple que forme désormais sa femme (délicate Mathilde Lebrequier) avec le légiste Philippe Chéron (Franck Monsigny, qui réussit à rendre son personnage sympathique quand bien même le spectateur aurait souhaité que Falco récupère son amour de jeunesse). La série fait la part belle aux femmes avec des rôles variés et profonds, notamment celui de la fille de Falco, la lumineuse Marie Béraud. J’ai bien aimé aussi le lieutenant Blum (Alexia Barlier), à l’ambiguïté sexuelle intéressante.

Mais mon personnage préféré reste sans conteste Romain Chevalier, interprété par Clément Manuel. J’ai adoré voir se transformer ce fils-à-maman rigide en un partenaire de choix pour Falco, sachant rester à son écoute mais lui poser des limites, toujours présent, révélant un grand cœur et, à partir de la fin de la saison 2, une force morale impressionnante. Confronté à de grands bonheurs et de grands drames, le personnage est devenu peu à peu aussi important que Falco et aussi aimé des fans.

Quant aux nouveaux personnages de la saison 4, je n’y ai pas du tout adhéré, en particulier Maxime Kucing que j’ai détesté dès sa première apparition. C’est pourquoi pour ma part la série se conclut au milieu de la saison 4.

falcosaison2_preview3

Falco et Chevalier

À voir après…

Si vous avez aimé le concept, vous pouvez toujours voir la série allemande Mick Brisgau, qui a elle été renouvelée pour une cinquième saison. Les fans de Sagamore Stévenin auront du mal à se consoler de la fin de Falco mais peuvent le retrouver dans la mini-série Innocente de France 3. Quant à Clément Manuel, il porte désormais plus souvent la soutane que l’uniforme, dans Ennemi public (série belge diffusée sur TF1) et dans Ainsi soient-ils (dont je reparlerai).

innocente               ennemi_public

Avez-vous vu Falco ? La série vous a-t-elle laissé de bons souvenirs ?

Publicités