« The Girls » : « aie confiance, crois en moi… »

thegirlsC’est l’été et Evie, 14 ans, s’ennuie ferme. Après une dispute avec sa meilleure amie, elle repère de drôles de filles dépenaillées qui la fascinent. Elle n’a alors qu’une idée : faire partie de leur bande et se rapprocher de la mystérieuse Suzanne…

Une fois n’est pas coutume j’ai fait un petit détour du côté de la littérature américaine en cette rentrée avec The Girls d’Emma Cline, qui m’a été proposé par l’agence Anne et Arnaud que je remercie une fois encore pour leurs suggestions.

Ce premier roman est, comme le dit Richard Ford sur le bandeau, magistral. Peut-être la traduction de Jean Esch contribue-t-elle à l’effet de grande maîtrise que j’ai ressenti à la lecture, mais on ne peut nier que la jeune Emma Cline a su tenir de bout en bout une architecture romanesque pourtant pas si simple, cumulant schéma en trois parties et superposition des époques.

Ce texte m’intéressait à cause de son thème bien particulier (que l’on retrouve à peu de choses près en cette rentrée dans le California Girls de Simon Liberati, qui me faisait moins envie car moins romancé, semble-t-il). En effet, Evie se laisse attirer par les membres d’une sorte de secte, un groupe de hippies vivant en communauté dans un ranch, dirigé par Russell, gourou crasseux et charismatique qui profite de son influence pour mettre toutes les jeunes filles dans son lit.

Sur un sujet dur et glauque, l’auteur réussit à emporter l’adhésion, la mienne en tout cas. On comprend rapidement que l’histoire a mal tourné, mais peut-être par curiosité malsaine, j’avais envie d’en savoir plus, de disséquer l’engrenage, de décrypter la psychologie de ces jeunes filles perdues. Je me suis aussi attachée à Evie, adolescente décrite avec justesse, rentrant dans les clichés et les détournant au fil des pages avec aisance, ce qui donne au lecteur un sentiment puissant de réalité.

C’est sans doute ce que j’ai préféré dans le roman, ce réalisme psychologique, la finesse des descriptions des sensations et des sentiments qui s’emparent d’Evie, ces états mêlés que tous les adolescents ont connu, entre désir de plaire et crainte des conséquences, fanfaronnade et besoin de reconnaissance. Jusque dans les scènes les plus délicates, qu’il s’agisse de violence ou de sexe, Emma Cline trouve l’angle juste, le bon dosage qui permet au lecteur d’être révulsé sans pour autant lâcher le livre.

Sans en avoir l’air, c’est aussi un roman d’amour comme on en fait peu, sur la fougue de la jeunesse, la passion qui n’attend qu’un objet sur lequel se fixer. Pour Evie, ç’aurait pu être Peter, le frère de son amie d’enfance, mais ce sera finalement Suzanne, et il y a dans l’aveu sans fard de cet amour dévorant quelque chose de beau, car pas une fois la question de la nature du sentiment ou du genre n’est posée, comme si peu importait que Suzanne soit vue comme une amie, une grande sœur, une amante ou un modèle.

Surtout, je trouve que ce roman se prêterait merveilleusement à une adaptation cinématographique, dans une atmosphère lumineuse et inquiétante. Il paraît que les droits ont été acquis, j’espère que le film sera à la hauteur de ce livre impressionnant.

18 commentaires sur “« The Girls » : « aie confiance, crois en moi… »

Ajouter un commentaire

  1. Je commence à entendre beaucoup parler de ce roman et il m’intrigue beaucoup…merci pour cette critique qui m’en dit un peu plus en tout cas, je pense qu’il fait partie des livres de cette rentrée qu’il faut lire!

  2. Je compte me l’offrir pour Noel, j’entends que de bonnes critiques et le sujet m’attire vraiment !! 😀

  3. Ce livre me fait de l’œil. Et ton avis vient me conforter dans mon idée de l’acheter. Je vais craquer… Oh oui, c’est sûr, je vais finir par l’avoir dans ma bibliothèque 🙂

  4. Je continue mes lectures sur tes conseils avisés : un très grand merci d’avoir attiré mon attention sur ce livre, une pépite ! Il se trouve que, pour des raisons de disponibilités dans les bibliothèques, je l’ai lu juste après California Girls de Liberati. J’avais beaucoup aimé Eva de cet auteur et j’étais très enthousiaste à l’idée de lire son dernier livre mais je n’ai pas été convaincue : il y a des choses très belles, d’autres insoutenables, et souvent une sensation de flottement comme si l’auteur avait peiné à trouver le ton juste, la distance juste. Pour autant, beaucoup de sincérité, je crois (la 4e de couverture est belle et touchante à cet égard), et je n’étais pas mécontente d’avoir fait l’effort d’aller au bout.
    Puis j’ai lu The Girls. Et j’ai tout de suite été frappée par le rythme, la nervosité de l’écriture qui siéent parfaitement au roman (bravo au traducteur !). Plongée dans une époque, dans un mal-être adolescent, dans une tentative destructrice d’émancipation, et ce balancement avec l’âge adulte qui interroge sur la continuité d’un être face à ses peurs, ses traumatismes, et le regard d’autrui. Et tant d’autres choses encore, ne serait-ce par exemple que la famille et les amitiés qui se délitent, se recomposent… C’est vraiment un texte très riche, très dense, mais aussi d’une grande fluidité malgré les aller-retours temporels. Et une fin très maîtrisée…
    Bien sûr, j’ai souvent pensé au livre de Liberati, et loin de le déprécier, cette lecture m’a montré à quel point les deux ouvrages étaient complémentaires : deux tentatives littéraires pour approcher un même phénomène, l’une quasi documentaire, l’autre ouvertement fictionnel, le premier avec davantage de violence dans le réalisme qu’il adopte, le deuxième avec plus de douceur grâce au personnage d’Evie. Et pour cette fois, au moins, j’ai bien eu le sentiment que la fiction, comme choix pleinement assumé, l’avait emporté pour rendre compte du réel 🙂
    Merci encore Elise pour ce conseil !

    1. Je n’ai pas lu le Liberati, je n’ai donc pas de point de comparaison. Surtout, je n’avais pas saisi en débutant « The Girls » que le roman était inspiré par ce même fait divers tragique. J’ai toujours une préférence pour la fiction par rapport aux essais ou documents donc j’ai été bien contente d’avoir lu celui-ci, et j’ai été comme toi impressionnée par le rythme et la maîtrise narrative, pour un premier roman…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :