NewYorkMelodyAlors qu’elle chante dans un bar new-yorkais, Gretta est repérée par Dan, un producteur alcoolique et déprimé, qui lui propose d’enregistrer un album. Une façon pour tous deux de tenter de surmonter leurs échecs sentimentaux…

Movie challenge 2016 : un film se déroulant à l’étranger

J’avais failli aller voir ce film au cinéma à sa sortie, emballée par la bande-annonce et par la promesse d’une comédie romantique et musicale. Et puis j’aime bien Keira Knightley, depuis Joue-la comme Beckham.

Finalement, je suis bien contente de l’avoir vu chez moi, car je l’ai trouvé bien trop long. J’ai eu l’impression que le film commençait vraiment à peu près vers la moitié, lorsque Gretta et Dan commencent à enregistrer dans les rues de New York. J’imagine que ces scènes ont quelque chose de très réjouissant pour les gens qui connaissent la ville et peuvent retrouver l’ambiance des différents quartiers sublimée par la musique, mais j’ai été un peu privée de cet aspect par ma méconnaissance de la Big Apple.

Je pense que ce qui m’a donné ce sentiment de longueur est la construction bizarre du film avec des flash-backs permanents assez inutiles. On commence dans le bar, pour revenir sur la vie de Dan avant, puis sur celle de Gretta avant, puis on les voit enregistrer les chansons, et on revient sur leur rencontre avec chaque musicien… Au total, on a l’impression que le film tourne en boucle. Peut-être aussi parce qu’il suffisait de voir la bande-annonce pour savoir à peu près ce qu’avaient vécu les deux protagonistes avant leur rencontre.

On ne peut pas dire que les acteurs soient mauvais, ils tiennent chacun plutôt bien leur rôle, mais c’est plus l’écriture du film et son montage qui pèchent à mes yeux. Tout cela est assez convenu, même si fort heureusement on échappe à une romance inutile qui aurait pu se rajouter à l’histoire. La trajectoire du producteur m’a finalement beaucoup fait penser à celle de Richard Anconina dans Alive, réputé pour être un navet (et pourtant, j’ai préféré celui-ci à New York Melody).

Par contre j’ai bien aimé Hailee Steinfeld (la fille de Dan) et je pense que l’on peut donner une mention spéciale à Adam Levine pour avoir joué un des types les plus détestables de comédies romantiques ! C’est assez drôle que le chanteur de Maroon 5 se soit prêté à cette sorte de parodie de lui-même. Et surtout à chanter des chansons aussi mauvaises ! C’est en fait sans doute le principal problème du film : tout le monde semble s’extasier sur les chansons de Dave et de Gretta, alors que celles-ci vont de ballades banales à tubes pop franchement ratés.

Mais on ne peut pas enlever à ce film quelques pépites, de jolies idées qui allègent un peu l’ensemble et donnent à penser qu’il y avait matière à faire quelque chose d’intéressant de ce sujet. La scène où Dan entend les instruments qu’il faudrait ajouter à la chanson de Gretta en fait partie, de même que la promenade avec les écouteurs. Et surtout, le meilleur moment du film est à mes yeux la scène finale, qui pourrait même passer inaperçue car elle est diffusée pendant le générique ! Ce petit pied de nez aux maisons de disques est bien vu et aurait mérité plus de considération qu’une fin bâclée.

Bref, j’ai été franchement déçue par le film de John Carney qui a selon moi gâché ses atouts : un bon sujet et des acteurs plutôt chouettes. Si quelqu’un connaît une meilleure comédie sur l’industrie musicale, je suis preneuse !

Publicités