heureux-comme-un-danois-619018-250-400Malene Rydahl a vécu son enfance et son adolescence au Danemark avant de choisir de venir s’installer à Paris. Intriguée que son pays d’origine soit partout présenté comme « le pays du bonheur », elle tente de décrypter ce phénomène.

D’après Joachim du Bellay, « Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage […] et puis est retourné plein d’usage et raison vivre entre ses parents le reste de son âge ». Malene Rydahl, a l’inverse, a choisi de quitter son Danemark natal et de ne pas (pour l’instant du moins) retourner s’installe dans le Jutland qui l’a vue grandir. Et pourtant, à lire son petit essai sur le bonheur à la danoise, on aurait de quoi penser que ce pays est un petit paradis sur terre.

En dix thèmes clés, la jeune femme expose les raisons, selon elle, du succès du Danemark dans toutes les études comparatives sur le bonheur. La confiance en son prochain et en l’État, une éducation laissant chacun s’épanouir comme il le souhaite, l’autonomie, l’égalité des chances, des attentes réalistes pour l’avenir, la solidarité, la place accordée à la famille et au loisir, un rapport sain à l’argent, la modestie naturelle et l’égalité des sexes sont d’après elle les conditions qui forment la bonne base que le Danemark offre à ses habitants. Sans nier toutefois les problèmes du pays (fort taux de suicide et de prise d’antidépresseurs, importante consommation d’alcool notamment chez les jeunes, mauvaise prise en charge des élèves les plus doués…), mais sans vraiment chercher à les expliciter non plus, elle dresse un portrait du Danemark contemporain qui semble assez juste.

Pour cela, elle s’appuie sur des exemples vécus par elle-même ou par des proches, sur des anecdotes célèbres, des discussions avec son entourage (dont certaines sont vraiment drôles, surtout quand elles impliquent les Français et les tournent en ridicule), mais aussi des études, statistiques et interviews de chercheurs danois. Soucieuse de bien faire, Malene Rydahl s’est documentée pour ne pas faire de son livre une description ou un jugement personnel non étayé.

Moi qui m’intéresse beaucoup à la culture danoise et qui avait déjà bénéficié de plusieurs éclairages sur la question, j’ai pourtant appris des choses dans ce petit livre écrit simplement et très facile à lire. L’équilibre entre l’intime et le théorique est bien trouvé et permet à la fois de s’instruire et de passer un bon moment de lecture.

Cependant il me semble que l’auteur est parfois un peu partiale sur certains aspects, par exemple sur le rapport entre hommes et femmes. La place des femmes est effectivement prépondérante au Danemark, mais les hommes ne s’en accommodent pas forcément si bien qu’elle peut le dire, comme on l’a vu par exemple à travers les réactions au film La Chasse qui ont pu voir dans le personnage principal un exemple du Danois moderne « castré » par une société dominée par des femmes fortes. D’autre part, j’ai regretté de ne pas en apprendre davantage sur le système éducatif danois. J’aurais aimé avoir plus de détails sur le contenu des enseignements prodigués par cette école égalitariste qui semble parvenir à faire réussir le plus grand nombre, surtout en cette époque où il est de bon ton de prétendre révolutionner la scolarité française en ce sens. J’ai tendance à ne pas croire aux miracles tant que je n’en vois pas les preuves… mais c’est sans doute là un défaut très français.

Il n’empêche, après la lecture d’Heureux comme un Danois, il vous prend une sérieuse envie d’aller découvrir de plus près le « pays du bonheur ». À se demander comment Malene Rydahl a pu s’adapter à la France et aux multiples défauts de nos compatriotes. Mais il est vrai que l’imperfection garantit de l’ennui mieux que toute qualité.

Ouvrage reçu dans le cadre d’une opération Masse critique. Merci à Babelio et aux éditions J’ai Lu.

babelio

Publicités