Bientôt le Ray’s Day !

C’est bientôt le 22 août, journée instituée par le blogueur Neil Jomunsi comme fête de la lecture, sous l’égide de son auteur préféré Ray Bradbury. Une occasion pour moi de célébrer cette activité, à la fois enrichissante et divertissante, qui a occupé tant d’heures de ma vie et tracé mon avenir professionnel. Un article « spécial Ray’s Day » verra donc le jour sur le blog le 22 août. Mais pour que cet hommage à la lecture soit vraiment digne de ce nom, j’ai besoin de vous ! 

Si comme moi vous aimez lire, expliquez-moi en quelques lignes pourquoi, racontez-moi une expérience de lecture qui vous a marqué, parlez-moi d’un livre qui a changé votre vie ou, tout simplement, complétez cette phrase : « Pour moi, la lecture, c’est… » Mon article prendra en compte tous vos témoignages, vous avez jusqu’au 22 août pour m’envoyer vos contributions (en commentaire ici, par mail, par pigeon voyageur…) ! Je compte sur vous ! 

Plus d’infos sur le Ray’s Day ici : http://raysday.net/

6 commentaires sur “Bientôt le Ray’s Day !

Ajouter un commentaire

  1. Je suis surprise de ne pas voir de commentaires sous ce billet, j’espère que tu as reçu beaucoup de mails pour répondre à ton appel à témoignages !

    De mon côté, quand je pense au plaisir de lire et à ce qu’il m’apporte, la première chose qui me vient en tête c’est le souvenir de mes vacances scolaires quand j’étais enfant. Je dois être une des rares enfants façon « Harry Potter » qui n’aimait pas les vacances : je les passais chez ma grand-mère qui ne prenait aucun plaisir à avoir ses petits enfants autour d’elle. Elle se contentait d’allumer la télé toute la journée pour que nous lui fichions la paix. J’en ai eu vite marre des dessins animés en continu alors j’ai commencé à explorer d’autres activités qui me permettent de passer le temps sans trop m’ennuyer, et la plus agréable était la lecture. J’ai exploré en long et en large la bibliothèque de la maison, pleine de ces jolis livres aux pages en papier-oignon aux reliures de cuir assorties qui n’avaient jamais été lus avant et n’ont plus jamais été lus depuis, mais c’étaient des romans pour adultes et j’avais entre 8 et 10 ans, ils m’ennuyaient vite. Alors de temps en temps je suppliais ma grand-mère de descendre du grenier les livres que mon père et mon oncle possédaient quand ils étaient petits. J’ai lu tous les romans de la Comtesse de Ségur, une bonne partie de la Bibliothèque rose et la Bibliothèque verte, je dévorais, je n’en avais jamais assez. Je me vois encore, enfermée dans une chambre, à lire en moyenne trois romans par jour et à finir la soirée avec des maux de tête… Depuis lors, ma vie a beaucoup changé et mes lectures aussi, mais il reste toujours des moments où j’ai besoin de m’échapper et la lecture reste mon jardin secret.

    1. Merci beaucoup Nathalie pour ce très joli témoignage ! Je vois que nous avons eu en partie les mêmes lectures d’enfance, j’ai aussi dévoré les romans de mes parents et de mes oncles quand j’étais petite. J’espère recevoir d’autres commentaires aussi intéressants que le tien, pour l’instant ça ne se bouscule pas… N’hésite pas à partager ma requête autour de toi ! À demain pour célébrer le Ray’s Day sur nos blogs !

  2. Bonjour, voici quelques idées en vrac inspirées par le Ray’s Day!

    avant les livres il y a eu la BD: le journal Spirou acheté fébrilement chaque mercredi, disputé âprement à mon père, avec notamment les adaptations des contes d’Alphonse Daudet qui finissaient souvent mal
    premier livre: Madame trotte-menu de Beatrix Potter
    souvenirs d’enfance: dévorer le contenu de la bibliothèque de l’école, rayon par rayon: bibliothèque rose, verte, rouge et or, bibliothèque de l’amitié; lire en cachette les livres de mes parents en particulier les San-Antonio (je n’y comprenais rien mais c’était interdit donc intéressant)
    à l’adolescence: découvrir la littérature fantastique et de science-fiction, les merveilleuses nouvelles de Ray Bradbury, les histoires terrifiantes de HP Lovecraft, les pavés de Stephen King, les sagas robotiques d’Isaac Asimov, les fabuleux délires de Douglas Adams etc…
    jeune adulte: tomber sous le charmes des polars suédois des années 70, Maj Sjöwall et Per Walhoo, rester sous le choc de la trilogie de Jean-Claude Izzo, s’accrocher puis finir pas aimer les récits asphyxiants de James Ellroy; se mettre aux versions originales et relire Ray Bradbury…et dépasser enfin les 100 premières pages du Seigneur des Anneaux (mieux vaut tard que jamais)
    amoureuse: partager un auteur (Alan Lightman), découvrir (Joyce Carol Oates, Tom Robbins), faire découvrir (Neil Gaiman)
    maintenant (42 ans + 2): en somme toujours les même choses, les BD (Jiro Taniguchi, Manu Larcenet), la SF (Alain Damasio, Terry Pratchett), les polars (Michael Connelly, John Connolly, Fred Vargas)…mais aussi Jules Supervielle, Alessandro Baricco, Daniel Pennac, Arto Paasilinna, Alan Moore, tant d’auteurs, d’univers à découvrir que c’en est vertigineux!

    Il y a aussi le plaisir de choisir le prochain livre que l’on va commencer, la sensation que demain on regrettera d’avoir lu 400 pages d’une traite jusqu’au milieu de la nuit mais que pour le moment on s’en fiche, la nostalgie anticipée de savoir qu’il ne reste plus que quelques pages avant de quitter un univers qu’on a adoré, l’égarement quand on commence à avoir 7 à 8 livres en cours, le soin que l’on met à choisir la lecture qui accompagnera un long trajet en train, des rendez-vous parfois ratés, un objet potentiellement effrayant (pas possible de dormir dans la même pièce que l’Exorciste) et toujours un moyen très puissant de s’évader, de s’émouvoir, de rire et de rêver…

    1. Merci beaucoup Riana ! Joli panorama d’une vie de lecture, comme quoi les livres nous accompagnent à toutes les périodes et sont le reflet de nos vies !

  3. Je souhaitais prendre le temps de proposer une réponse réfléchie et bien construite mais quelques tracas m’en ont empêchée. L’envie de participer à ta célébration du Ray’s Day me pousse quand même à essayer d’aligner quelques mots sur le sujet ! Pardonne-moi leur spontanéité !
    Pour moi, la lecture c’est avant tout un plaisir. Plaisir de s’extraire d’un quotidien toujours très animé pour un moment d’immobilité, de silence; le temps s’arrête. Plaisir de rencontrer des êtres de papier, de s’y attacher et de continuer à vivre à leurs côtés y compris quand le livre est terminé. Je pense alors aux Quatre Soeurs de Tanizaki: roman qui, avec ses huit cent pages, donne le temps au lecteur de se sentir très proche de ces femmes au quotidien pourtant banal, et pourtant singulier et si émouvant. Plaisir de mieux comprendre le monde qui nous entoure, tout en aiguisant et exerçant son esprit critique. Plaisir de se prendre de véritables claques avec une oeuvre impressionnante par sa justesse, sa maîtrise. Enfin, au plaisir de la lecture, il y a celui de la langue, d’ici ou d’ailleurs, pour apprendre, écrire et se délecter des mots comme matériau.
    J’ai hâte de lire ton billet demain !

    1. Merci beaucoup Bélinda ! Quel plaisir pour moi de lire des réactions si touchantes sur cette passion que nous partageons. Le billet de demain n’est pas encore écrit, il va falloir que je m’y attelle !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :