lapétulanteascensionBenjamin Fabre travaille depuis des années chez Pelletier Consulting, mais son rêve est de changer de vie. Enfant, il voulait être écrivain, mais toutes les maisons d’édition auxquelles il a envoyé son manuscrit l’ont refusé. Lorsqu’il perd son travail, tous les moyens sont bons pour accéder enfin à son ambition…

On m’avait présenté ce premier roman comme une fable réjouissante, légère et pétillante. Et c’est tout à fait vrai. Inventif, drôle, Fabrice Lehman livre une comédie réussie autour des notions de succès et d’imposture. Très coloré, au sens propre (le narrateur semble obsédé par les adjectifs de couleur) comme au sens figuré, le récit rebondit de voix en voix et de situation complexe en péripétie surprenante.

Le héros, Benjamin Fabre, sorte d’avatar de l’auteur (qui ne s’est certes pas flatté dans le portrait !) car comme lui consultant pour une grande entreprise, m’a rappelé un autre Benjamin, celui de Tout va pour le mieux, la réécriture contemporaine de Candide. Moins naïf, plus cynique, il aspire pourtant comme lui à la réussite sociale, à la reconnaissance et au succès. Et cette volonté de changer son destin le conduit dans des imbroglios de même type : dangereux.

Outre cet antihéros écrivain, Fabrice Lehman dresse une galerie de personnages caractéristiques : le PDG d’une grande entreprise de conseil, l’épouse dévouée à son artiste de mari, l’écrivain populaire imbu de son succès, l’éditrice engagée au physique peu avenant… Alors qu’ils sont censés illustrer des stéréotypes, la plume de l’auteur parvient à leur donner un certain souffle et une individualité.

Surtout, non content de nous amuser, le récit s’évertue à nous interroger sur la question de l’imposture. Quand sommes-nous encore nous-mêmes dans notre société du paraître et de la réussite à tout prix ? Au bureau, face aux éditeurs, devant sa femme, Benjamin passe sa vie à se cacher, jusque dans son roman. Est-ce le prix du succès ? Celui-ci ne paraîtra-t-il pas alors bien amer ?

Pour répondre à ces questions, l’intrigue nous entraîne à travers des sujets d’actualité comme la difficulté de trouver un emploi, les statistiques inutiles qui abondent, la montée en puissance du Qatar jusque dans le domaine de la culture. De plus, il dépeint avec férocité le milieu éditorial, entre maisons traditionnelles sclérosées autour de leurs auteurs à succès et nouveaux géants axés sur le business et le numérique. Certes, le panorama est outré et schématique, mais le fond est criant de vérité. À travers le parcours du combattant de ce jeune auteur inconnu pour se faire publier, Fabrice Lehman met le doigt sur les vices d’un système que peu de gens peuvent se vanter de bien connaître. Pourtant, lui a réussi à se frayer un chemin parmi les manuscrits refusés pour être édité chez Lattès. On appréciera l’ouverture d’esprit de la maison, qui affiche désormais ce petit bijou d’humour mordant aux côtés de ses best-sellers Da Vinci Code, Cinquante nuances de Grey ou La Liste de mes envies. Une jolie preuve de second degré.

Publicités